Forum Officiel Canadien Français de Tokio Hotel.
Bonjour à toi, fan de Tokio Hotel!
Si tu cherches un endroit où tu pourras discuter de ton groupe préféré avec les personnes les plus extras, tu es à la bonne place! Inscris-toi dès maintenant et nous t'accueillerons avec grand plaisir.

En espérant faire ta connaissance très bientôt,
Les fans canadiens français

---

Hi and welcome to the official French Canadian Forum!
We have a brand new English part on our forum for the Canadian fans who lost their forum. I know it might not feel like ''home'' but I hope that you'll have fun with us here:)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Magazine] IN n° 1/13 (Allemagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
483-Tokio-Hotel-Rocks
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 4837
Age : 21
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine.
Date d'inscription : 18/06/2010

MessageSujet: [Magazine] IN n° 1/13 (Allemagne)   Janvier 8th 2013, 3:19 am



«Tant que l'on sera détesté, on sera aussi aimé»

Tokio Hotel est aimé ou détesté. Depuis que Bill et Tom Kaulitz (23 ans) ont mis « Durch den Monsun » en tête des charts en 2005, ils divisent la nation. Il y a deux ans, ils laissaient Tokio Hotel derrière eux, ont déménagé à Los Angeles et ont pris une pause. Mais maintenant, c'est fini. Les jumeaux fêtent leur retour à partir du 5 janvier sur RTL au côté de Dieter Bohlen (58 ans) dans le jury de « Deutschland sucht den Supertar » – la plus grande émission de talent de la télévision allemande. Méga folie ou super coup ? Bill et Tom Kaulitz en parlent avec IN.

IN : Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir jury de « DSDS » ?
Bill Kaulitz : C'est définitivement le format de « DSDS » qui nous a poussé à prendre cette décision, car c'est une émission de casting traditionnelle qui a un énorme facteur de divertissement et cette plateforme permet aux artistes de débuter une très bonne carrière. Steven Tyler, le chanteur du groupe Aerosmith, a pris place dans la version américaine de « DSDS », cela en dit long sur la qualité de ce format.

Un format qui vous rapporte à chacun 500 000 euros.
Bill Kaulitz (rit)
: Nous ne parlons pas de chiffres. Notre engagement a cependant été lié à certaines conditions, qui devaient en premier lieu concorder avec notre agenda.

Y a-t-il eu des demandes de la part d'autres émissions?
Tom Kaulitz : Depuis plusieurs années, tous les formats de castings musicaux sont venus frapper à notre porte. Nous nous sommes toujours amuser à penser faire cela, mais en fin de compte, cela ne s'est pas vraiment fait. Pour nous, c'était clair : si nous participions à une émission de casting, celle-ci devait être la plus grosse et la plus réussie.

Comment est-ce de travailler avec Dieter Bohlen?
Tom Kaulitz : Le travail avec Dieter est totalement décontracté. Nous ne connaissions pas Dieter auparavant et nous avons voulu lui faire face sans préjugés. Nous savons ce que c'est d'être confrontés à des idées préconçues. Au cours de ces dernières années, nous n'avons rencontré personne qui n'avait pas d'avis sur nous – qu'ils nous connaissent personnellement ou non. C'est pourquoi nous sommes arrivés le premier jour de tournage avec un avis neutre et nous nous sommes bien entendus ! Même avec Mateo.

Bill, dans l'émission musicale de casting « Star Search » en 2003, vous avez été éliminé en huitième de finale. Les membres du jury, Alexandra Kamp, Jeanette Biedermann et Hugo Egon Balder, doivent-ils encaisser les reproches de ne pas avoir reconnu votre talent ?
Tom Kaulitz (rit)
: Bien sûr ! En prenant la décision de renvoyer Bill à la maison en huitième de final, les membres du jury de « Star Search » ont complètement merdé.

Depuis deux ans, vous vivez à Los Angeles. La vie là-bas est-elle plus détendue pour vous ?
Bill Kaulitz : Absolument. Ceci est aussi dû aux circonstances. En Allemagne, tout le monde nous a vu grandir. Nous avons passé notre puberté sous les yeux du public et nous avons souvent eu l'impression que nous vivions dans la maison de « Big Brother ».

Comment sont vos expériences en amitié dans la ville de la superficialité ?
Bill Kaulitz
: Los Angeles peut être très superficiel, tout est très axé sur l'ego. Et cela nous est égal. Nous avons déménager à LA pour travailler plus librement sur de nouvelles musiques et parce les studios où nous produisons se trouvent là-bas. De nouvelles amitiés sont en principe difficiles, c'est probablement le prix de notre succès.

Tokio Hotel est considéré comme l'enfant prodigue parmi les groupes allemands à l'étranger. Cela ne vous dérange-t-il pas de vous battre face aux attaques de votre propre pays ?
Tom Kaulitz
: Nous en avons pris l'habitude. Entre temps, nous le voyons de façon pragmatique. Tant que l'on sera détesté, on sera aussi aimé. Et tant qu'on maintiendra un équilibre, nous pourrons vivre avec. Nous pouvons très bien ignorer et ne pas lire, ni commenter toute cette merde. En vivant à Los Angeles, nous avons suffisamment de distance, ce qui est bien.
Bill Kaulitz : Nous n'effectuons pas de chercher sur Google. Je n'ai lu aucune interview ou critique de concerts, sans quoi, je me mettrais probablement dans tous mes états. Nous sommes vraiment perfectionnistes et sommes toujours très autocritiques dans tout ce que nous faisons. Pour être vraiment bon, il ne faut pas perdre son idée des yeux et donc, veiller aussi à ce que les personnes ne passent pas d'un extrême à un autre.

Pouvez-vous concevoir de revenir en Allemagne ?
Bill Kaulitz
: Je n'exclus pas cette possibilité. Nous aurons toujours une résidence en Allemagne, nous y avons notre famille et nos amis.

Jusqu'où va votre attachement au pays ?
Tom Kaulitz
: Je me sens à la maison là où j'ai mes quatre murs. Si j'ai une maison depuis un moment et si mes quatre chiens et ma famille y sont avec moi, alors je me sens rapidement comme chez moi. Je n'ai pas besoin de plus. Et qui sait, peut-être nous déménagerons dans deux ans dans un autre endroit. Bill et moi avons toujours voulu vivre en Inde.

Tokio Hotel peut-il réellement exister sans vos collègues Gustav et Georg ?
Bill Kaulitz
: La question ne se pose pas pour nous. Il est hors de question que Tokio Hotel se séparent. Nous sommes un groupe depuis plus de 10 ans, mais nous sommes avant toutes choses des amis proches.
Tom Kaulitz : Tokio Hotel restera toujours dans cette configuration. Tout le reste est inconcevable !

Traduction par Prinz16

_________________
Cause in the end everything is okay.

 
Ah ! la fatalité d'être une âme candide
En ce monde menteur, flétri, blasé, pervers,
D'avoir une âme ainsi qu'une neige aux hivers
Que jamais ne souilla la volupté sordide !

D'avoir une âme douce et mystiquement tendre,
Et cependant, toujours, de tous les maux souffrir,
Dans le regret de vivre et l'effroi de mourir,
Et d'espérer, de croire... et de toujours attendre !


De son asile de silence, E.N.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokiohotelcanada.com/
 
[Magazine] IN n° 1/13 (Allemagne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Magazine] Popcorn n° 3/12 (Allemagne)
» [Magazine] Popcorn - n° 13/2012 (Allemagne)
» [BRAVO LEGENDS] Le magazine sortira une édition spéciale ! (+ UP en vente sur MichaelMania-e.net p.7)
» 05 juillet 2012 - Jared dans Bravo magazine, Allemagne
» [TV Allemagne] Le groupe aux émissions "Schlag den Raab" et "Wetten, dass..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Officiel Canadien Français de Tokio Hotel. ::  :: Magazines :: Autres-
Sauter vers: