Forum Officiel Canadien Français de Tokio Hotel.
Bonjour à toi, fan de Tokio Hotel!
Si tu cherches un endroit où tu pourras discuter de ton groupe préféré avec les personnes les plus extras, tu es à la bonne place! Inscris-toi dès maintenant et nous t'accueillerons avec grand plaisir.

En espérant faire ta connaissance très bientôt,
Les fans canadiens français

---

Hi and welcome to the official French Canadian Forum!
We have a brand new English part on our forum for the Canadian fans who lost their forum. I know it might not feel like ''home'' but I hope that you'll have fun with us here:)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fanfiction]Je suis lui, il est moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
MimiKaulitz
Dieu/Déesse TH
Dieu/Déesse TH


Féminin Nombre de messages : 8669
Age : 21
Localisation : Là où l'impossible ne l'est pas
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 17th 2008, 12:45 am

Hum...Je suis sure que c'est la fille qui l,accompagnait aux concerts de TH qui a écrit la lettre xD


Siteee ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.miimikaulitz.skyrock.com
Frédéricke
Accro


Féminin Nombre de messages : 659
Age : 23
Localisation : 3-Rivières, voulant juste foutre le camp de là...
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 17th 2008, 6:10 pm

nan.. moii j ai l'impression que c'Est vraiment Tom qui a écrit la lettre..

Tom qui était amoureux de Bill et Bill qui était dégoûté qui a dit qu'il était mort pour lui..

okay, jlis ptêtre un peu trop de twincest XD

Suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ununderstoodgirl.skyrock.com
All.He.Sun
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 8534
Age : 23
Localisation : Québec.
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 17th 2008, 6:32 pm

Je reste avec ce que je crois.
J'ai hâte de voir si j'ai raison XD

_________________
Aly*
......................................
Liberté.
Car la vie nous amène à changer,
mais elle nous rappelle toujours de ne pas oublier nos origines.

......................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 17th 2008, 8:18 pm

Alors salut! Merci pour vos commentaires, je suis contente de ne plus me sentir abandonnée Rolling Eyes Mais j'aime bien savoir ce que vous prévoyez... Frédéricke, j'aime ton idée. Comme je disais plus haut, je ne dénirai ni ne confirmerai rien. Parce que je ne veux pas vous donner le moindre indice. Si j'arrive à vous surprendre, plus loin, j'aurai atteint mon but Cool
All.He.Sun, tu m'intrigues... Je me demande ce à quoi tu t'attends, ça me perturbe de me savoir peut-être démasquée... Enfin, à la fin tu me diras si c'est ce à quoi tu t'attendais!!!

Alors, je voulais vous dire également que je suis en train d'écrire, bout à bout, entre quelques petites périodes de révision (Et oui, semaine d'examens de m****). SI tout va bien, je posterai ce soir. Si tout va mal... et bien je ne posterai pas ce soir! lol @ plus tard!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 17th 2008, 11:07 pm

Alors, encore comme promis, un nouveau chapitre... Merde, mais je ne suis jamais satisfaite! lol J'imagine que c'est la maladie d'auteur! Lol, mais bon, c'est pas si mal, mais ce n'est pas la meilleure chose que j'ai écris dans ma vie. J'espère que ça vous conviendra Wink

Chapitre 5 : Le rêve

Mais que se passe t’il ? Je marche dans un couloir sombre, je n’ai aucun point de repère. À chaque pas je trébuche sur des pierres énormes. Mais il faut que j’atteigne la porte du fond. De la lumière en émane, c’est ma seule voie de sortie. Mon seul secours. Je m’approche difficilement, puis j’entends des voix. Des voix que je connais, si semblables et si différentes en même temps.
- Elle ne se doute de rien, ne t’en fais pas.
- Mais, merde ! Tu m’avais promis ! Combien de fois faudra t’il que je te dise de rester ici ! Tu ne dois PAS sortir !
- Je ne suis pas ton chien ! Je fais ce que je veux.
- Le médecin t’a dit de rester ICI ! Je savais que je n’aurais pas dut t’emmener avec moi.
- Aurais-tu pu ne pas m’emmener ? Y aller seul ? N’oublie pas que je suis toi, Bill !
- Non, tu n’es pas moi ! Et arrête de m’appeler ainsi ! C’est énervant à la fin !
J’essayais de voir, par l’embrasure de la porte, qui se disputait ainsi. Mais je ne vis rien, sauf un feu qui dansait dans une cheminée. Pourtant, les voix continuaient de se chamailler.
- Oh, le pauvre petit, je l’énerve !
- Arrête ! Tu vas le regretter !
- Hou là là ! C’est qu’il se met en colère le petit Billou.
J’entendis un rire dément, terrifiant.
- Mais ça ne vaut pas la peine de se mettre dans des états pareilles ! Hein, Billou ? Tu as honte de moi ? Vite, cachons le ! De toute maniè…
Et à ce moment, comme au ralentis, je trébuchais et poussais la porte. Je me retrouvais étendue sur le ventre, aux yeux de ceux qui parlaient. Je me lève précipitamment et me retrouve face aux deux interlocuteurs. Ils me fixent les deux, de leurs yeux maquillés.
De leurs yeux maquillés, de leurs cheveux hérissés… Mon sang se glaçait dans mes veines… non… comment cela était-il possible ? Mes yeux s’agrandirent, mon cœur battait à cent mille à l’heure.
Devant moi, deux hommes.
Deux Bill.
L’un est pétrifié, la bouche grande ouvert, ses yeux comme des balles de ping-pong, fixés sur moi.
L’autre, un sourire mauvais étampé sur le visage, ses yeux flamboyants de folie.
Les deux s’approchent de moi.
- Alors Sarah, tu viens jouer avec moi ? demanda le Bill à l’air mauvais.
Il me semble menaçant, sa main se tend vers moi, ses ongles semblent coupants.
- Tu viens vers moi, Sarah ? demande l’autre Bill, d’une voix douce, rassurante.
Il tend sa main, aussi douce que son regard.
Pourtant les deux me font peur. Je recule et soudainement, je suis aspirée vers l’arrière, les deux Bill s’éloignant de moi à toute vitesse. J’entends leurs deux voix, dans un dernier cris, qui rugit : « SARAAAAH » !

- AAAAAH ! hurlais-je en me réveillant soudainement, en position assise, toute en sueur.
Paniquant, il me fallut un moment pour comprendre que ce n’était qu’un rêve. Je porte ma main à mon cœur. Ce dernier s’emballait. Je ne comprend pas. Je ne fais jamais de cauchemar. Je me laisse tomber sur mon oreiller et je tourne la tête, en quête de mon réveil. *soupire* Il n’est que trois heure du matin. Ça fait trois heures que Bill est parti. La soirée fut éprouvante. Il ne semblait pas dans son état normal. Il ne cessait de poser des questions gênantes, il semblait nerveux et surtout… différent. Je n’étais pas à l’aise comme le soir où je l’ai rencontré. Ce soir là, je m’en souviens avec un sourire. Ce lien qui nous unissais… Nous étions si bien. J’ai bien peur que ce soit fini. Il a peut-être usé d’une façade pour mieux me mettre dans son lit ? Bill ? Non, si il est vraiment comme ça, c’était que les médias s’étaient vraiment trompés sur son cas. De toute manière, je suis loin d’être le genre de fille avec qui l’on fait l’effort de changer pour coucher avec. En tout cas, il a beau être Bill Kaulitz, mais si je le revois une fois de plus comme ça, je lui dit ma façon de penser et je met fin à nos rencontres.

Je suis incapable de me rendormir. Mon rêve me hante, j’ai l’air peureuse, mais en ce moment je ne voudrais pas que mon amant vienne cogner à ma porte. Je crois que j’irais me cacher en dessous de mon lit. Donc je vais dans la cuisine et je me prépare un thé. Assise à table, je tremble encore un peu. Son regard, ses gestes… il m’effraye plus que tout ce Bill-là. Soudainement, mon regard se pose sur la photo de Vianka. Moi et Vianka, au premier show qu’on est allées voir de TH. Je m’en souviens comme si c’était hier. Nous n’avions pas d’amis qui aimaient ça, à l’époque. Alors nous n’étions que deux au show. La fébrilité que nous ressentions. Nous n’étions pas les premières dans la file, loin de là. Mais il me semble que ce fut un des meilleur show que j’ai jamais vu. Moi et Vivi, nous étions de vraies fans. Ensuite, d’autres se sont rajoutées, dans notre groupe d’amis. Ce n’était plus pareille. Vivi et moi on peut tout se dire. En ce moment, c’est à elle que je veux parler. Instinctivement, je prend mon cellulaire et je compose son numéro. Le téléphone sonne quand je me rends compte qu’il est trois heure et demi du matin !
- Allo, dit une voix endormie.
- Vivi ? murmurais-je.
Silence au bout du file.
- Vivi, t’es là ?
- Ouais, je suis là.
Je soupire. Elle doit se souvenir du fait que je lui ai raccroché la ligne au nez, la veille.
- Excuse-moi Vivi, je t’en prie ! J’en peux plus là !
Vianka est le genre d’amie que tu ne veux pas perdre. Elle est toujours là pour toi, peu importe si tu as été méchant ou incorrect envers elle. Elle est loyale jusqu’au bout, c’est pourquoi elle est ma meilleure amie.
- Qu’est-ce qui se passe Sarah ! Tu m’inquiètes là !
- Je suis pu capable de tout ce qui se passe.
- Veux-tu que je vienne ?
Elle habite dans un appartement à deux rues de chez moi.
- Ça ne te dérange pas ? demandais-je, frissonnant, au souvenir de mon rêve.
- Pas du tout, je n’arrivais pas à dormir, mentit-elle.
Puis, le silence revint. J’attendis un moment. Quinze minutes plus tard, elle entrait. Elle ne cognait jamais, ayant les clefs, en cas d’urgence. Elle vint me retrouver à la cuisine.
Autant je peux avoir les cheveux noirs, Vianka a les cheveux blonds. Autant je peux avoir un tempérament enflammé et impulsif, autant Vivi est douce et réfléchie.
- Alors Sarah, raconte moi tout, me dit-elle d’une voix calme, en s’assoyant face à moi.
Alors je lui raconte tout, depuis la rencontre de Bill dans le vieux-port. Elle semble ravie pour moi, jusqu’à ce que je lui explique l’histoire de la lettre.
- C’est peut-être Sabrina, dit-elle aussitôt.
- C’est ce que je pensais. Mais Sabrina n’est pas une groupie, je ne la vois pas faire ça ! m’exclamais-je.
- Oui, mais elle l’est presque, quand même. Et elle trippait vraiment sur Bill quand nous étions adolescentes. Mais si c’est elle, je ne pense pas que tu as à t’inquiéter. Elle ne te fera certainement aucun mal, et se lassera bien vite.
Elle me rassurait un peu et je finis par lui raconter l’étrange comportement de Bill et mon rêve.
- Le stress des examens, plus cette impression que tu as eu avec lui hier soir… Pour moi c’est ce qui t’a menée à ce cauchemar... Ne t’en fais pas.
Elle eut un sourire.
- J’en reviens pas, Sarah. Bill Kaulitz ! Le nombre de fois qu’on…
- Non, Vivi ! Je me suis bien vite rendue compte qu’il n’était pas vraiment différent de toi et moi. En fait, il est plus… « fucké », dis-je en riant.
Mais Vianka semblait rêveuse.
- Tu as beaucoup de chance. J’aimerais vraiment le rencontrer, tu veux ?
Je me mordis la lèvre.
- Je ne crois pas, Vivi. Il ne tient pas à rencontrer des gens, pas pour l’instant. Je crois que ça le frustre d’être passé à la télé. Mais si je le revois, je peux peut-être t’avoir un autographe.
Vianka sembla déçue.
- Ouais… Okay, merci quand même !


Mes mains tremblent. J’ai une sensation de déjà-vu, cette lettre dans les mains. Pas d’adresse dessus… Je suis tentée de la laisser tomber par terre et de rentrer chez moi à toute vitesse. Cette fois-ci, Sabrina exagère ! Elle n’a rien à faire de sa vie ? Est-elle jalouse et mesquine à ce point ?! J’ouvre frénétiquement et avec difficulté l’enveloppe et je lis la lettre à toute vitesse.

Chère Sarah
Comment allez-vous ? À ce que j’ai pu voir, vous vous portez à merveille. N’avez-vous pas honte d’être heureuse alors que tant d’êtres humains souffrent ? Je vous ai vue, je vous observe. J’ai vu comme votre vie est monotone. Dodo, cours, travail, maison. Parfois un amant. Rien d’exceptionnel. Vous ne voyez pas beaucoup de gens. Auriez-vous quelque chose à cacher ? Peut-être un amour interdit ? Vous êtes une femme égoïste, sans cœur. Vous ne trouvez pas que nous avons assez souffert, moi et Bill ? Caché comme un monstre, je ne vois plus la lumière. Et Bill doit s’occuper de moi. Il ne pourra jamais ressentir quoi que ce soit pour vous. J’occupe, dans son cœur, la plus grande place. Jamais rien ne pourra nous séparer. Vous avez la preuve ici, que même dans la mort, nous sommes réunis. Si vous continuez votre petit jeu d’enjôleuse stupide, je devrai intervenir. Pour le bien de Bill. Pour le mien. Et pour le votre. Vous ne pouvez pas comprendre que notre vie est trop complexe pour vous. Alors faites attention à vous, Sarah.
Tom Kaulitz

Dans ma tête, tout devenait confus. Ça ne pouvait être Sabrina qui avait écrit cela. Sabrina n’avait pas assez d’imagination et surtout, la qualité du texte laissait penser que c’était quelqu’un qui écrivait beaucoup qui avait produit ces paroles. Une personne qui était habituée du jeu des mots. « Je vous ai vu, je vous observe… » je jetais des regards inquiets, dans la rue, dans les fenêtres des voisins. « je vous observe… » « Je devrai intervenir »
Prise de violent frissons, j’entrais précipitamment chez moi. À l’intérieur, j’allais fermer les rideaux et complètement paniquée, je faisais ce qui me semblait l’un de mes seuls recours en dehors de la police.
J’appelais Bill.

Que se passera t'il? Bill va t'il l'aider? La suite... dans le prochain épisode! (TADADAAAAAM!) Allez, ça m'amuse vos "prévisions". Si vous avez une idée, n'hésitez pas! (All.He.Sun. Je te demande pas de le dire, je sais que tu ne veux pas, je parle pour les autres! lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
All.He.Sun
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 8534
Age : 23
Localisation : Québec.
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 17th 2008, 11:28 pm

AHAHAHAHAH LE MESSAGE DE LA FIN POUR MOI Cool
I'm flattée Cool
XDD

J'adore, vraiment. Comme toujours =D
J'vois pas pourquoi tu n'aimes pas trop ce chapitre, il est aussi bien si non mieux que les autres. =3
C'est pas Sabrina ^^'
Bref.
J'ai oublié quelque chose ? OUI.
SUITEUH =D

_________________
Aly*
......................................
Liberté.
Car la vie nous amène à changer,
mais elle nous rappelle toujours de ne pas oublier nos origines.

......................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéricke
Accro


Féminin Nombre de messages : 659
Age : 23
Localisation : 3-Rivières, voulant juste foutre le camp de là...
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 18th 2008, 12:07 am

Ouaiiii Suiite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ununderstoodgirl.skyrock.com
nininaniecool
Big Fan


Féminin Nombre de messages : 364
Age : 21
Localisation : Anyway, who cares !!!
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 18th 2008, 12:23 am

Suite, c'est vraiment intriguant !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 4:13 am

Hey hey hey! Me voila de retour à environ 00:15 pour vous donner un chapitre que je viens juste d'écrire. À vrai dire, je suis VRAIMENT crevée, trop endormie pour vous dire si j'trouve ça bon ou pas... J'vais le relire demain! lol Mais merci une fois de plus pour vos commentaires. Ce chapitre peut paraître un peu insignifiant, mais j'ai semé, ça et là, des indices. Vous m'en direz des nouvelles! Wink

Chapitre 6: Mon, son, notre passé


- Calmes-toi.
Ses bras autour de moi, ses cheveux qui me frôlent, sa voix tendre et grave… J’ai retrouvé mon Bill du Vieux-Port. Il me serre fort dans ses bras, moi je lui pète une crise de nerfs. Quand je l’ai appelé, en larmes, complètement paniqué, il s’est ramené aussitôt. J’ai sursauté au son de la sonnette, mais je me suis précipitée pour lui ouvrir. Je l’ai vu, devant moi… Grand, ses cheveux plats, ses yeux pas maquillés… Le lien est revenu, je me suis précipitée dans ses bras.
- Je… J’suis plus capable B-b-b-bill !
Et je sanglote, parcourue de tremblement incontrôlables. Délicatement, me serrant toujours contre lui, il m’entraîne vers le salon et m’assoie à coté de lui sur le divan.
- Que se passe t’il, Sarah ? me demande t’il.
D’un coup, tout le morceau sortit. Je racontais tout à propos de la jalousie des fans et de la pression que me mettait mes proches. Puis, j’en vins aux lettres. Son attention fut décuplée, il semblait indigné.
- Ce n’est pas vrai ! J’arrive pas à y croire !
Il semblait hors de lui.
- Sarah, je te promets que ça n’arrivera plus, je vais tout faire pour ça !
J’étais septique.
- Ah oui ? Et comment.
Son regard se durcit.
- Ne t’occupes pas de ça, mais crois-moi que ça n’arrivera plus.
Il me semblait vraiment étrange tout d’un coup. Sans être aussi troublant que le Bill de l’avant veille, il était pourtant assez différent. Ce mec change de personnalité à chaque fois que je le vois, merde !
- Penses à autre chose maintenant, me murmura t’il.
Il m’attira vers lui et nous restâmes ainsi, collés sur le divan.
- Parles-moi de toi, de Tom et de Tokio Hotel, Bill. J’aimerais vraiment en savoir plus sur vous, comment viviez-vous ? Comment était vraiment Tom ?
Je ne voyais pas le visage de Bill. Mais je sentais une certaine hésitation en lui. Cela prit un moment avant qu’il n’émette un autre son.
- Avant… C’est si loin tout ça… Mais si tu y tiens…
Il s’installa confortablement et commença.
- Je crois que tu connais notre histoire, un peu, non ? Tu étais fan, c’est facile de deviner que tu es au courant de nos débuts, de notre succès et de quelques informations sur le début de notre déchéance. Sinon, le reste, il n’y a presque personne qui sait. Mon dieu, tout revient si vite à ma mémoire. Tu sais, je crois que malgré tout, j’étais le plus faible dans le groupe, moi Bill Kaulitz. Non, pas faible, mais j’étais sensible. La pression était immense sur mes épaules, elle me faisait quasiment plier en deux. Tom le savait, il essayait de me protéger, mais ce que le public voulait c’était moi. Moi et lui, mais pas que lui. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, Gustav et Georg avaient sans aucun doute la position la plus enviable. Ils avaient fait le bon choix en restant un peu en retrait, se protégeant minimalement des feux de la rampe. Ils étaient beaucoup plus heureux et libres que moi et Tom. Tout ça m’a emmené à ma perte et mon frère plus que quiconque Cette pression, ces problèmes, cette fatigue… je pense que ça a commencé quand la production nous a annoncé que nous étions près à nous attaquer aux États. Moi je pense, avec du recul, qu’au contraire, nous n’étions pas près du tout. Trop jeunes, trop insouciants, trop manipulables. La manipulation *soupire*. Tu te rappelles de Scream, non ? Ce CD en anglais. Je n’étais pas d’accord au départ. J’avais confiance en nos fans. Ah, je me suis battu pour qu’il n’accepte pas.
Je l’interrompis.
- Pour que qui n’accepte pas ?
Bill fronça les sourcils.
- Hum… Pour que le groupe n’accepte pas. Désolé, je me suis trompé. Je peux continuer ?
Je réalisais qu’il s’était complètement plongé dans l’histoire et que je l’avais déconcentré. Je me promis de ne plus intervenir.
- Oui, vas-y.
- Mais finalement la majorité accepta le fait que conquérir l’Amérique serait plus facile et plus rentable si nous le faisions en Anglais. Ce fut beaucoup de travail, mais surtout pour le chanteur évidemment ! Les paroles à apprendre, mais surtout la langue. L’on ne pourrais pas se permettre d’interagir seulement avec une traductrice pendant longtemps. De plus, nous faisions concerts par dessus concerts… Interview, promotions, photo…. Je n’avais jamais regretté mon petit village en Allemagne avant ça.
Bill secoua la tête, l’air navré.
- Nous étions des humains faisant de la musique, plutôt bien d’ailleurs. Mais là, nous n’étions plus que des machines. Des machines de marketing. Évidemment, la plupart du temps, la popularité va être très grande pendant un période indéterminée. Mais la production veut faire le plus d’argent pendant cette période là. Ils sortaient des produits par dessus produits, tous plus sans rapport avec nous les uns que les autres. C’est là que j’ai vu que mon frère allait craquer. Je l’ai surpris en larme dans sa chambre, dans un hôtel, à New-York. Quand je lui ai demandé pourquoi il se mettait dans des états pareilles, il m’a répondu qu’il voulait rentrer à la maison, que maman lui manquait. Maman, ça faisait trois mois qu’on ne l’avait pas vu. Les années 2009 et 2010 furent extrêmement pénibles, nous essayions sans grand succès de nous adapter à ce mode de vie, voyageant sans cesse entre l’Europe et l’Amérique du Nord. Nous en vinrent même à ne plus nous supporter, Georg, Gustav, mon frère et moi. Finalement, à l’aube de l’an 2011, David nous déclara libre pour un mois… Un mois de pure détente ! Mais la folie recommençait etc’était pas près de s’arrêter. Le phénomène TH était énorme aux États à ce moment.
- Pas juste aux états ! m’exclamais-je, le coupant de nouveau, Au Canada, un fan a failli me battre parce que j’ai reçu la bouteille de Georg dans un show. Et on a failli se faire écraser, moi et mes amies, par un troupeau qui pensait que vous arriviez, lors de l’attente d’un show. C’était juste… capoté.
Bill attendait que j’aille fini pour continuer. Je m’interrompis et reportait mon attention sur ce qu’il disait.
- Donc, même en Amérique, nous ne pouvions avoir des vacances des groupies. À ce moment, Tom commençait à être… différent. Il se confiait moins à moi et sortait beaucoup. Il couchait avec beaucoup de filles, c’était son calmant, sa drogue. Si Tom passe pour un pervers dans les interview, oublie ça, il ne l’ai pas.
- Ne l’était pas, intervins-je une fois de plus.
Mais son regard glacé me pénétra, donc je me tus.
- Il n’est pas comme il prétend l’être. C’était sa marque de commerce, la façon pour la production de faire de l’argent. Il respecte plus les filles que ce que l’on pourrait croire. En fait, je crois que c’est simplement qu’il n’était jamais tombé en amour, il n’avait jamais connu ce bonheur de vraiment tout partager avec une fille, en plus du sexe. Il n’avait jamais ressentis de la vraie confiance envers quelqu’un d’autre que son frère. Je crois que ça pourrait tout changer…
Il m’embrassa sur la tête.
- Je suis sure que tu te serais bien entendue avec lui, en tout cas Tom s’entendrait bien avec toi, si il avait cette chance d’apprendre à te connaître. Pour revenir à notre histoire, quand Tom est partis, ce fut la délivrance du groupe en même temps de la perte de moi-même. Je ne voulais plus me battre pour TH si moi et Tom n’étions plus un. Ils ont tenté de me faire rester quand même, de faire autre chose avec Tokio Hotel. Mais malheureusement, c’était en vain. J’ai foutu l’camps. Nous étions exploités au maximum, tellement grattés, déshabillés et rhabillés… Ce n’étais plus moi, je devais me retrouver. Savoir si la vie valait vraiment la peine d’être vécue.
Il y eut un silence. Je n’entendais plus que nos deux respirations. Une question me trottais dans la tête.
- Serais-ce indiscret, mal placé, de te demander comment cela se fait que tu sois resté en vie alors que Tom est parti ?
Bill eut un sourire triste.
- C’est justement ce que je me demandais avant que tu n’arrives au Vieux-Port.
Il commença à fredonner une chanson en Allemand, une chanson que je n’avais jamais entendue. Au son de sa voix douce, je m’endormis dans ses bras.

Grosse journée de travail et de cours. Le matin, Bill est parti vite, il avait des trucs à faire, moi aussi. Mais cette fois-ci, il m’a promis que l’on se reverrait vite. J’avais l’impression que quelque chose de spécial s’était passé la veille, alors qu’il me racontait ce qu’ils avaient vécus. Je me sentais si proche de lui et en même temps… si loin. Mais ce soir, je suis épuisée. De plus, je n’ai pas faim. J’ai même envie de vomir. Devant moi, sur la table, est posée une autre enveloppe blanche. Elle était là quand je suis entrée. Là, sur la table, alors que ma porte était verrouillée. Un grand frisson me traverse l’échine du dos. Mais que se passe t’il, merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catherine403
Fidèle


Féminin Nombre de messages : 1300
Age : 26
Localisation : Dans Le Monde Des Blondes Sous Leur Teinture 8D
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 10:51 am

O_O C'est qui la lettre ? j'espère c'est pas encore des menaces xD ! Pour une fille qui a écrit ce chapitre assez tard je le trouve excellent! J'ai très hâte à la suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nininaniecool
Big Fan


Féminin Nombre de messages : 364
Age : 21
Localisation : Anyway, who cares !!!
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 11:03 am

C'est vraiment bon !! Suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéricke
Accro


Féminin Nombre de messages : 659
Age : 23
Localisation : 3-Rivières, voulant juste foutre le camp de là...
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 12:13 pm

jvous ldit que c'est Tom moii XD

suiiite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ununderstoodgirl.skyrock.com
All.He.Sun
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 8534
Age : 23
Localisation : Québec.
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 3:57 pm

J'reste avec ce que je crois, encore et toujours. Même si tu me fais douter, mais bon, tant pi.

dans le fond j'suis dans le champ depuis le début XD

J'VEUX LA SUITE, c'est vraiment vraiment bon !

_________________
Aly*
......................................
Liberté.
Car la vie nous amène à changer,
mais elle nous rappelle toujours de ne pas oublier nos origines.

......................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 4:13 pm

All.He.Sun a écrit:
J'reste avec ce que je crois, encore et toujours. Même si tu me fais douter, mais bon, tant pi.

dans le fond j'suis dans le champ depuis le début XD

J'VEUX LA SUITE, c'est vraiment vraiment bon !

hé, hé, hé... J'te fais douter! (Yesssss afro ) J'espère que t'es dans le champ, c'est bin plus l'fun quand on se fait surprendre... non? Merci à tout le monde j'vais sans doute écrire la suite d'ici demain (Hey, pu d'exams, j'suis liiiiiibre!) lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilloune
Nouveau


Féminin Nombre de messages : 12
Age : 22
Localisation : Espérent de revoir son Footballeur un jour...
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 5:43 pm

Nouvelle lectrice!!!! Very Happy

J'adore comment tu écris!

Moi je pense que je sais qui écris les lettres a Sarah! Donne moi la permission de te le dire en MP s. t. p.!! Ce serait apprécié! Very Happy

Allez (je vais faire comme tout le monde) SUITEEE!!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MimiKaulitz
Dieu/Déesse TH
Dieu/Déesse TH


Féminin Nombre de messages : 8669
Age : 21
Localisation : Là où l'impossible ne l'est pas
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 19th 2008, 8:36 pm

DAHAHA.La personne,pourrait bien être Bill? xD


Suitee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.miimikaulitz.skyrock.com
IceScream483
Accro


Féminin Nombre de messages : 855
Age : 22
Localisation : Avec mes Friends
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 20th 2008, 3:11 pm

Nouvelle lectrice !!!
c'est super intriguant et original. J'aime le suspence, mais fait nous pas attendre trop longtemps Razz
Suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 22nd 2008, 9:47 pm

Alors voici un chapitre pas ordinaire... Désolée, l'histoire change de place, de temps et de tout ce que vous voudrez, ça risque de vous "fucker" solide et de rajouter des questions aux premières. Ça m'attriste de vous mélanger ainsi (MUAHAHAHAHAHAHA!) mais bon, ainsi va mon imagination! Si vous comprenez pas, que vous détestez, vous pouvez le dire... On est dans un pays libre! afro

Sinon, je m'en vais chez mon père demain, (Il vit à Sherbrooke) et ce pour deux mois... Je vais certainement pouvoir poster, mais comme je risque de travailler à temps plein, je ne sais pas si je vais avoir le temps de le faire très souvent. Si tout va bien, au moins deux chapitres par semaines... Si tout va mal... Ben ça va être moins que deux! cheers

Alors, bonne lecture (désolé le chapitre est un peu plus court que les autres je crois...)


Chapitre 7: Un incident inattendus



« Sarah,
Je dois partir.
Je suis désolé de te laisser ainsi, avec seulement une lettre. Mais rester ici m’étais devenu impossible. J’ai des obligations gênantes qui m’oblige à retourner en Allemagne.
Je voulais que tu saches que pendant ces quelques jours, tu m’as donné quelque chose que je n’avais pas eu depuis longtemps. La tranquillité, le bonheur, un peu d’amour. Mais malheureusement, ma vie est loin d’être insouciante. Elle est truffée de choses qui ne sentent pas nécessairement bon. Et je ne veux pas t’y tremper. C’est ainsi, je ne changerai pas d’avis.
Bill Kaulitz »

Mon cœur se serra, en même temps que je laissais échapper un profond soupire de soulagement. Au moins ce n’était pas des menaces.
Mais je relis la lettre. Bill partait. Je m’y attendais, mais ça ne rendait pas la chose moins difficile à accepter. Mon visage se crispa. Bill était mon amant, pas mon chum ! Je n’avais pas le droit de me permettre de pleurer pour lui, car aucun sentiment ne pouvait vivre dans ce type de relation. Et je me comptais chanceuse d’avoir pu partager ma vie avec lui un moment. À ce moment, je sentis que malgré que j’ai voulu me le faire croire depuis le début, ce n’était pas un fuckfriend normal. C’était loin d’être normal. Si c’était normal, ça ne ferait pas si mal, non ? Et surtout… Des larmes ne seraient pas en train de transformer mon visage en chutes du Niagara.

Trois ans plus tard :

« Mademoiselle Sarah est demandée à l’accueil. Mademoiselle Sarah, à l’accueil ».
- Mais merde ! m’exclamais-je, dans mon bureau.
L’adolescente assise face à moi me fixa avec de grands yeux ronds. Je n’y prêtais pas attention et saisis mon téléphone.
- Françoise, s’il vous plais, demandais-je précipitamment.
« Un instant, Sarah, je te la passe ».
Nerveusement, mes mains tapaient sur mon bureau, et j’essayais de ne pas regarder la jeune fille avec qui j’étais en intervention.
« Sarah ? »
- Françoise ! Je ne peux pas venir, là ! Je suis en intervention et ensuite je dois aller le chercher…
« Calme toi, Sarah, c’est vraiment important. Il faut absolument que tu viennes ».
Sa voix me fit peur. Ma patronne et amie semblait bouleversée.
- D’accord, je viens. Mais pas trop longtemps, okai ? Je vais continuer mon travail après !
« Non, Sarah. Tu reprendras ton travail… Une autre fois. Ça n’a pas d’importance, pour le moment. »
Intriguée, je raccrochais.
- Hum, Amélie… Nous allons devoir reprendre notre discussion demain.
Amélie se leva rapidement et partit sans demander son reste. Je soupirais. Travailler avec des ados, ce n’est vraiment pas de tout repos. Surtout quand ils ont les mots « Fuck U » étampés dans le front. Je pris le temps de ranger mes affaires, vu que Françoise n’avait pas l’intention de me faire travailler après notre discussion. Dix minutes plus tard, j’étais dans son bureau. Elle m’invita à m’asseoir.
- Sarah, ce n’est pas facile à dire, ce n’est pas facile à faire…
Trois profondes rides se creusaient dans son front. Elle vieillissait ma Françoise ! Je commençais à m’inquiéter et je ne comprenais vraiment pas.
- C’est ton… c’est ton père, Sarah.
- Quoi ?
Je m’étais levée. Quoi ? Mon père ? Mais qu’est-ce qu’il avait mon père ?
- Sarah, je suis désolée, mais l’on m’a appris qu’il est décédé hier. À ce que j’ai compris, son cancer est revenu et s’est généralisé.
Mais je n’écoutais plus. J’étais prise dans un genre de brouillard. Mon père… La dernière fois que je l’ai vu nous nous sommes engueulés. Ça fait trois ans que je ne lui parle plus. Et je ne savais pas que son cancer était revenu. Il ne me l’avait pas dit !
Mes sourcils se froncèrent.
- J’arrive pas à y croire, murmurais-je.
Françoise semblait vraiment désolée.
- Je t’accorde trois semaines… pour tout régler.
Je me levais et me dirigeais vers la porte, comme un somnambule.
- Merci… Françoise…
Et je partis. Aucune larme, pas de crise… Tout se passe à l’intérieur, pour ainsi dire. Je n’arrive toujours pas à y croire. Dans l’auto, je réfléchis un moment. Il faut que j’aille chez lui pour régler ses affaires. Mais il faut aussi que je l’emmène « lui ». Merde, mais qu’est-ce que je fais ?
Je roule un moment, puis je m’engage dans l’allée d’une belle grande maison. Je l’adore cette maison, elle semble si parfaite, si… Je sors de l’auto et j’entre dans la maison.
- Je suis là ! Hurlais-je presque.
- Sarah !
Vianka arriva, un enfant d’environ 2 ans dans les bras.
- Je suis désolée, je suis en avance… Tu ne m’attendais pas n’est-ce pas ! m’exclamais-je, essayant de paraître le plus naturel possible.
Elle n’y voit que du feu.
- Lui, ne s’y attendait pas en tout cas !
Elle me pointe l’enfant, qui semble tout énervé. C’est un magnifique garçon aux cheveux bruns et aux yeux verts.
- Vianka, je vais devoir partir un moment, expliquais-je.
Elle ne semblait pas comprendre.
- Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passe ?
Le petit garçon nous fixait, l’air interrogateur.
- Allez, Tom, va jouer ! s’exclama Vianka.
Tom éclata de rire et partit en courant. Je le regardais un moment, attendrie, puis je retournais mon attention sur Vianka.
- Il y a eu un… événement. Mon père… Il est décédé hier.
Vianka sembla catastrophée.
- Mais que s’est-il passé ? demanda t’elle aussitôt.
- Son cancer. Je n’étais au courant de rien. Mais je vais devoir aller…
- Tu vas aller là-bas pour les funérailles ?
- Ouais, mais je ne sais pas… Les funérailles risquent d’être plutôt… Il ne connaît personne là-bas. Toute sa famille proche est morte. Il n’y aura sans doute que moi et Tom.
Vianka posa sur mon bras une main rassurante.
- Je viendrais, mais mon travail ne le permettra pas.
- Non, de toute manière je veux y aller seule.
Je me levais.
- Tom, nous y allons !
Le petit garçon arriva en courant, les joues rouges de plaisir.
- Maman, Vivi pleins de jeux !
Je lui adressais mon plus beau sourire et le prit dans mes bras.
- Bon, je t’appelle quand je vais être arrivée ! dis-je à Vianka avant de partir.
Merde ce que tout cela arrive au mauvais moment ! Je sentais mon petit Tom contre moi. Je me sentais terriblement bien et mal en même temps. Pourquoi fallait-il que mon père meure pendant que nous étions en chicane ? *soupire* De toute manière, me voilà partie pour trois semaines. Des vacances bien méritée. Loin de mon travail, de Montréal, du Québec et du Canada. Vacances ? Pas certaine moi. Connaissant mon père, il est certainement parti en laissant des centaines de paperasse à régler.


Alors?? Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéricke
Accro


Féminin Nombre de messages : 659
Age : 23
Localisation : 3-Rivières, voulant juste foutre le camp de là...
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 22nd 2008, 10:14 pm

o0

suiite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ununderstoodgirl.skyrock.com
catherine403
Fidèle


Féminin Nombre de messages : 1300
Age : 26
Localisation : Dans Le Monde Des Blondes Sous Leur Teinture 8D
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 22nd 2008, 10:16 pm

Wow t'aurais du voir ma face quand je lisais j'étais vraiment dedans sa m'as boulversé O_O mais c'est vraiment bon..et si je comprends bien ..elle est tombée enceinte de bill? j'ai hâte à la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéricke
Accro


Féminin Nombre de messages : 659
Age : 23
Localisation : 3-Rivières, voulant juste foutre le camp de là...
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 22nd 2008, 10:18 pm

ahhhhhh!!

y'a des choses qui s'expliquent XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ununderstoodgirl.skyrock.com
nininaniecool
Big Fan


Féminin Nombre de messages : 364
Age : 21
Localisation : Anyway, who cares !!!
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 22nd 2008, 11:27 pm

Suite !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 25th 2008, 5:27 pm

Chapitre 8: Aux champs Élysée

Il dort dans mes bras. Il est épuisé et je suis contente qu’il ait enfin fermé les yeux. Il ne comprend pas grand-chose, mais il est fort. Je suis fière de lui. J’entends le ronronnement doux des moteurs. Les lumières sont éteintes, la plupart des passagers dorment. Moi je ne peux pas. Je repense à mon père et je suis triste. La dernière fois que nous nous sommes parlé, j’aurais aimé qu’il disparaisse à tout jamais. Aujourd’hui, je donnerais presque tout pour le revoir une dernière fois. Notre dispute me revient souvent en mémoire. J’étais enceinte de Tom depuis deux mois. Je n’arrivais toujours pas à y croire, j’étais très malheureuse. Je maudissais son père. Et je me maudissais de ne pas avoir eu le courage de procéder à un avortement. Avec chance, je venais de finir ma maitrise et je pouvais maintenant pratiquer la psychoéducation dans un centre pour adolescents. Je travaillais dans un centre pour adolescentEs, plus particulièrement. Mais Françoise, ma patronne, m’a mise en congé de maternité dès le moment qu’elle sut que j’étais enceinte. Travailler avec des délinquantes était trop dangereux. J’étais assez déprimée. Et mon père vint me rendre visite dans ma maison délabrée. Il me trouva en larme sur LE divan. Vous ne connaissez pas mon père, je vais vous en faire un portrait. C’est un homme au caractère bien trempé, déterminé et TRÈS contrôleur. Il veut tout contrôler, ma vie aussi. Mon père est algérien. Et même si cela fait plus de vingt ans qu’il vit ici, au Québec, son caractère magrébin ressort assez souvent. Malheureusement pour lui, il m’a transmit sa détermination, sa force de caractère. Malheureusement pour lui, ma mère est une québécoise, une vraie. Personne n’a jamais pu me mater, lui pas plus qu’un autre. Ce qui donnait lieu à beaucoup de disputes quand j’étais adolescente. Avec le temps, il s’est habitué au fait que j’étais ainsi, je crois que ça ne le dérangeait pas tant que ça. Il disait souvent que je le rendais fier. Il ne fut plus fier de moi après ça. Je me souviens… il était entré sans cogner, comme le faisait ceux à qui j’avais donné un double de clés, au cas où.

- Sarah, ma puce, qu’est-ce qui se passe?
Je ne voulais pas le regarder dans les yeux. J’avais honte de ça devant lui. Lui qui m’avait fait mille et une recommandations depuis si longtemps. Je ne voulais rien lui dire. Ni à lui, ni à personne.
- Sarah, réponds moi! Dit-il brusquement.
Il s’inquiétait et il devenait ainsi quand il s’en faisait. Mais je crois qu’il s’était rendu compte que ça ne donnerait rien.
- S’il te plaît, Sarah, je m’en fais pour toi. Que se passe-t-il. Tu sais que tu peux tout me dire.
Devais-je lui dire? Pourrait-il accepter cette situation sans rien dire? Je n’étais plus sure de rien, je m’en faisais sans doute bien trop. Et en ce moment, j’avais tellement besoin de réconfort. J’avais tellement besoin qu’on me dise que tout allait bien aller. Et peut-être que mon père allait pouvoir être cette personne réconfortante.
- Papa… Je… j’ai… un problème.
Se rappelait-il de ces photos qui avaient circulée à la télé, sur internet, ces photos de Bill Kaulitz avec une jeune fille? Oui, il s’en souvenait. Il trouvait qu’elle me ressemblait.
C’était moi. Ah bon…
Bill Kaulitz, je l’aimais bien, papa… Je l’aimais beaucoup. Que font deux adultes qui s’aiment beaucoup? Oui, tu as bien entendu… Non, je ne suis pas folle. Il est partit. J’ai perdu la boule, papa. Je suis enceinte papa. Papa, ça va?
Les cris. La colère. Ses joues rouges, ses yeux exorbités. Ma peur, sa peur, nos peurs. Rassemblées, elles créèrent ce que j’avais crains en silence. Une tempête. Peut-être trop grande pour que nous puissions l’affronter ensemble. Dès ce moment, nos chemins se séparèrent. Et un mois plus tard, j’apprenais qu’il était partit. Il ne vivait plus au Canada. Bye bye colonie de fous, qui couchent avec n’importe qui, qui tombent enceintes et qui déçoivent leurs parents. Fuck-off. C’était terminé pour moi.

Et maintenant, il est mort. J’ai hâte d’arriver. Depuis quelques années, je ne voyage plus. Mais j’adore cela. Cette fois-ci le prétexte est plutôt douloureux. Mais c’est quand même le changement de décor dont j’ai besoin. Le soleil commence à se lever. Je regarde par le hublot, en bas il y a un bateau. Bien vite, il est hors de vue. C’est magnifique, ce soleil. Tout d’un coup, Tom commence à gigoter. Il va se réveiller. Ce n’est pas si mal, de toute manière nous arrivons dans une heure. Quand il ouvre ses grands yeux et qu’ils se posent sur moi, j’ai un flash back, je vois son père. Il lui ressemble beaucoup. Avec un sourire nostalgique, je caresse ses cheveux bruns. Ça il les a hérités de moi. Il n’y a rien à faire, avec les gènes que j’ai.
« Chers passagers du vol 453 B (ah, j’ai inventé ça moi? Lol), nous allons atterrir dans une heure et demi à Paris (me rappelle plus des aéroports, je suis poche hein?). Dans une dizaine de minute, un déjeuner vous sera servi. »

Trois heures plus tard.
- 1738, rue de l’est, Boulogne Billancourt, demandais-je au conducteur de taxi.
- Ah, vous êtes Canadienne, n’est-ce pas! Me dit l’homme, l’air sympathique.
- Ça parait tant que cela? Répondis-je en riant.
- Oui! Je vois beaucoup de Québécois ici. Mais pas souvent dans cette période de l’année. Serais-ce indiscret de vous demander ce que vous venez faire dans notre beau pays?
- Un peu en fait.
- Il n’y a pas de problème, madame.
Tom était silencieux. Il semblait un peu effrayé. Je le comprenais. Il devait se sentir perdu, le pauvre. Mon regard se perdit dans la ville. À cette heure il y avait beaucoup d’autos. Des multitudes de scooters les dépassaient illégalement. Je voyais la tour Effel au loin. Moi je ne me sentais pas perdue. Cela devait bien faire 7 fois que je venais ici. Et j’adorais ça.
Après une trentaine de minutes de routes, nous nous retrouvâmes devant l’appartement de ma tante. Elle s’appelait Meriem. C’était la femme du défunt frère de mon père. Sa plus grande fille, qui avait 17 ans se tenait à ses cotés. Elle était devenu très belle, cela devait faire 5 ans que je ne l’avais pas vue.
- Sarah, je suis contente de te voir, s’exclama Selma, ma cousine.
Je les serrais toutes deux dans mes bras et présentait Tom.
- C’est ton neveu? Demanda ma tante.
- Oui, mon demi-frère m’a demandé de m’en occuper pendant qu’il est parti en voyage d’affaire. Alors je n’avais pas d’autres choix que de l’emmener avec moi.
Selma le prit dans ses bras et l’emmena en haut. Meriem m’aida à monter mes bagages. J’allais dormir chez eux le temps que je mette de l’ordre dans l’appartement de mon père. Elles étaient très accueillantes. Les sœurs de Selma, Iman (À prononcer Imène) et Wissam (À prononcer Ouissème) avaient respectivement 15 et 13 ans. Si Selma et Wissam étaient des anges, des perles de gentillesse, Iman était une peste de la pire espèce. Elle en faisait voir de toutes les couleurs à sa mère. Je leur confiais Tom et m’en allait vite à l’appartement de mon père. J’avais beaucoup de choses à faire, il fallait commencer maintenant.

Une journée difficile. J’ai tout arrangé pour les funérailles. Et l’appartement est un bordel sans fin, comme je m’y attendais. Je vais devoir tout ranger, ça va me prendre des mois. Je suis fatiguée. Il est 5 heures. Mais le souper ne sera pas servit avant 7 heure. Je n’ai pas envie d’aller chez ma tante maintenant. Je demande au taxi de m’emmener aux champs Élysées. Un peu de shopping me fera du bien.

Je marche dans la rue pendant un moment. Je suis seule, très seule. Mais j’aime ça. J’observe les gens. Ils sont en groupe de deux, de trois, de quatre. Ils rient, ils parlent, ils s’amusent. Moi je n’ai pas ça, j’en ai pas besoin. Comme ce mec qui marche devant moi depuis un moment. Il est seul. Il marche la tête baissée.
Son chapeau me dit quelque chose. Je dois l’avoir vu dans un magasine ou un magasin. Je promène mon regard sur les boutiques, rien ne me tente. Je repense à Tom, il doit s’amuser avec mes cousines. Il ne se rend pas compte que tout sa vie, il sera sans le savoir, le fils de quelqu’un d’extraordinaire.
Soudainement, quelqu’un rejoint le mec seul. Ils portent le même chapeau. Ma le deuxième est plus grand. Et il parle fort, j’entends ce qu’ils se disent, je ne le comprends pas. Mon attention se porte sur eux, je ne sais pas pourquoi.
Le plus grand dit soudainement un mot. Un nom. Je comprends tout.
- BILL! Bill!
Je m’arrête. Je fixe son chapeau. Je fixe LEURS chapeaux.
- Ich bin nicht Bill! (désolée, j’y suis allée avec mes maigres connaissances, ce n’est certainement pas très bon).
Le plus grand éclatait de rire.
Il est 6 heures. IL est devant moi.
Je le suis ou pas?


Un peu court, mais je n’avais pas beaucoup de temps. Donc j’espère que ça vous aura satisfait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
All.He.Sun
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 8534
Age : 23
Localisation : Québec.
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 25th 2008, 6:04 pm

WOW !
Je continue avec ce que je crois encore.
J'suis sûr que c'est ca ... xD Même si j'me trompe surement x]
Tu écris tellemet bien, t'es vraiment bonne. WOWWWW

_________________
Aly*
......................................
Liberté.
Car la vie nous amène à changer,
mais elle nous rappelle toujours de ne pas oublier nos origines.

......................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MimiKaulitz
Dieu/Déesse TH
Dieu/Déesse TH


Féminin Nombre de messages : 8669
Age : 21
Localisation : Là où l'impossible ne l'est pas
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Juin 25th 2008, 8:27 pm

que va t-il se passer? Suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.miimikaulitz.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Aujourd'hui à 11:50 am

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fanfiction]Je suis lui, il est moi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Fanfiction] Et si on partait en Tourbus ?
» [fanfiction] L'amour sur msn
» [Fanfic en cours] Nach Berlin
» [Fanfiction] H e i l i g [Terminée]
» Super Weiss !! je suis amoureux PHOTOS IN !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Officiel Canadien Français de Tokio Hotel. ::  :: Fans fictions :: + Fanfictions terminées-
Sauter vers: