Forum Officiel Canadien Français de Tokio Hotel.
Bonjour à toi, fan de Tokio Hotel!
Si tu cherches un endroit où tu pourras discuter de ton groupe préféré avec les personnes les plus extras, tu es à la bonne place! Inscris-toi dès maintenant et nous t'accueillerons avec grand plaisir.

En espérant faire ta connaissance très bientôt,
Les fans canadiens français

---

Hi and welcome to the official French Canadian Forum!
We have a brand new English part on our forum for the Canadian fans who lost their forum. I know it might not feel like ''home'' but I hope that you'll have fun with us here:)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fanfiction]Je suis lui, il est moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
catherine403
Fidèle


Féminin Nombre de messages : 1300
Age : 26
Localisation : Dans Le Monde Des Blondes Sous Leur Teinture 8D
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 28th 2008, 2:17 pm

mon escargot ^^ c'est toujours aussi bon ..jadooore ta ficcc =) jpas capable depas la lire alors fait nous une b elle suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charloune917
Big Fan


Féminin Nombre de messages : 321
Age : 23
Localisation : Saint-Constant
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 28th 2008, 3:33 pm

Ahhhhh!!!!!! Merde que c' est bon!!

C'est méchant de finir ca la...


Une suite Vite!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagdaLand
The Power Member
The Power Member


Féminin Nombre de messages : 6229
Age : 22
Localisation : Chez moi, je suis un ermite.
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 28th 2008, 10:52 pm

Tellement bon!!!
J'ai super hâte de lire la suite c'était en très bon chapitre je comprend pas pourquoi tu dis que tu l'aime pas moi j'ai adoré!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IceScream483
Accro


Féminin Nombre de messages : 855
Age : 22
Localisation : Avec mes Friends
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 28th 2008, 11:47 pm

Ca explique des choses. Mais pas assez. Suite pour nous expliquer ton resonement ste plait. =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 29th 2008, 12:41 am

Merci les girlz Very Happy
Si je poursuis cette fanfic, c'est vraiment grâce à vos demandes et vos commentaires Smile Merci, merci, merci! XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagdaLand
The Power Member
The Power Member


Féminin Nombre de messages : 6229
Age : 22
Localisation : Chez moi, je suis un ermite.
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 29th 2008, 12:44 am

Parce que t'avais l'intention de pas la finir!!! :O
Ont l'aime comme c'Est pas possible ta fic elle est super bonne!
Moi je l'adore et j'ai une super de grosse envie de voir le prochain chapitre alors suiteuh!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 29th 2008, 12:48 am

Non pas que j'avais L'INTENTION de ne pas l'achever... mais en fait, c'est que la plupart des fics que je faisais avant (HP XD) je ne les terminais pas, faute de motivation et d'idées. Mais celle-ci, j'ai des lectrices fidèles qui me suivent depuis le début.
Donc même si je m'interromps quelques semaines, vous revenez, ce qui est super! Alors c'est vrai, parfois j'ai de longues périodes sans idées, sans même avoir le goût d'écrire. Mais au lieu d'arrêter complètement, je finis par avoir envie de vous faire plaisir et je me donne un coup de pied dans le derrière XD Alors je vous promets que cette fic, je vais la terminer Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
loveth4life
Big Fan


Féminin Nombre de messages : 481
Age : 23
Localisation : Ak les JB's&le cast de Twligight&Pan!k
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 29th 2008, 12:56 am

nouvelle lectrice j'ai tout lut d'une shot... génial magnifique un chef-d'oeuvre ahte a la suite =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Septembre 29th 2008, 1:29 am

Roh O_o j'comprend plus rien moi --' =D Mais ses super bon ! continue !!!
Revenir en haut Aller en bas
THtanyya
Fan


Féminin Nombre de messages : 105
Age : 23
Localisation : Loin ?
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Octobre 7th 2008, 1:32 am

Ok moi j'pense que je sais tout.
Mais dans l'fond jsuis dans le champs XD
bref, suitte (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ttanyax.skyrock.com
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Octobre 20th 2008, 9:17 pm

Je suis lui, il est moi.


Chapitre 13 : La rose et l'aiguille


Quand Tom est né, je l’ai repoussé.
Après 16 heures et demi de souffrance, j’ai refusé qu’on me montre mon fils. Je ne voulais pas de lui. Je ne voulais retrouver dans ses traits, dans ses yeux, cet homme qui a fait partie de ma vie trop longtemps. Je voulais que n’importe qui le prenne et qu’on me laisse en paix. Que ma famille cesse de me prendre pour une folle. Que mon père revienne. Et tout oublier.
Pendant toute une journée, un médecin venait et revenait, essayant de me convaincre de donner au moins quelque fois le sein à ce poupon, pour lui donner des forces. Je refusais, de peur de m’attacher à cette chose sans nom. Je pleurais. Je souffrais. Je voulais mourir.

Finalement, après deux jours, j’ai reçus la visite de ma mère. Cette femme qui m’avait trahie quelques mois plus tôt. Elle était à coté de moi, les traits durcis, les yeux tristes. Elle me caressait les cheveux et moi, je pleurais toujours. À croire que dans cette histoire, j’aurais terminé par me dessécher. Mais elle m’a dit d’arrêter de pleurer.
- Sarah, tu as 26 ans à présent. Tu n’es plus une enfant. Tu dois assumer tes erreurs, les affronter la tête haute. Tu as eu une aventure avec un homme, peu importe son nom, et tu es tombée enceinte. Assume !
Je l’ai tellement détestée à ce moment. Je l’ai traitée de tous les noms, l’accusant de ne pas avoir été présente auprès de moi tout le long de ma grossesse. Et que le moment même où elle revenait vers moi, c’était pour me faire des reproches, pour moraliser ma personne ! Elle est partie.

Mais j’ai passé la pire nuit de ma vie, ensuite. Des questions me torturaient. Ses paroles me revenaient sans cesse. Je ne pouvais m’en défaire. Finalement, vers trois heures du matin, je me suis levée. J’avais mal à tous mes membres, mais peu importait à présent. Je voulais le voir. Je suis sortie de ma chambre. J’ai marché le long du couloir, suivant les indications. Puis je suis arrivée dans la salle. Cette salle, remplie d’enfants naissants. Lequel était le mien ? Est-ce que je serais capable de le reconnaître ?

Je suis entrée. L’infirmière de garde était à moitié endormie, et elle ne remarqua pas ma présence. N’importe qui aurait pu voler un bébé à ce moment, elle ne se serait rendue compte de rien. Je me suis promenée entre les berceaux. Je scrutais les bébés. Ils me rendait indifférente. Ils n’étaient pas beaux. Ils n’avaient ni mes yeux, ni ceux de Bill. Je n’aimais pas leurs expressions. Ni leur nez.
Mais finalement, je suis arrivée à LUI. Il ne dormait pas. Il m’observait. Quand j’ai vu la couleur de ses yeux, j’ai compris qui il était. Il avait exactement ses yeux. Et mes cheveux. Et sa bouche. Et mon menton. Et ses joues. Et… et… et…
Je suis restée une heure à l’observer avant que l’infirmière ne se réveille et vienne me voir. Je lui ai dit qu’il était mon enfant. Mon bébé. Il lui suffit d’une dizaine de minutes pour aller vérifier et me confirmer la chose. Elle me le remis et je retournais dans ma chambre.

Tandis qu’il dormait sur mon sein, je sus que j’étais tombée dans le piège. Je ne pourrais plus le mettre en adoption maintenant. Nous étions liés.
Comment s’appellerait-il ?
Comment aurait-IL voulu qu’il se nomme ? Lui qui ne le verrait pas grandir ?
« Thomas »
Mon petit Tom ouvrit les yeux et m’observa de ses yeux magnifiques.
« Tom Kaulitz. Ça te va, petite chose ? »


Bill me regardait, l’air dément. Ses cheveux pendaient pitoyablement sur ses épaules. Il semblait ressentir une joie malsaine à me voir si mal. Pour ma part, j’étais totalement paralysée. Je ne voulais pas accepter la réalité qui s’offrait à moi.
Cet homme que j’avais aimé l’espace d’une semaine. Qui était le père de mon enfants.
Cet homme me séquestrait. Cet homme était fou.
- T’y attendais-tu, petite Sarah ?
Je devais répondre ou non ? Je le regarde un moment. Il ne semble pas s’intéresser à ma réponse. Il s’affairait, cherchant des objets, les rangeant dans un sac. Il prit une pointe de pizza et prit une bouchée avant de la redéposer.
- Pourquoi fais-tu cela, Bill ? Qu’ai-je fais ? demandais-je d’une voix fatiguée.
Il ne servait plus à rien de résister.
- Pourquoi ? Parce que tu me mettais en danger, Sarah. Par ta faute, certains secrets auraient pu être divulgués sur la mort de Tom. Des secrets plus que gênant. Et avec l’arrivée de ton fils, le notre, ça rendait la situation encore plus dangereuse.
Je fronçais les sourcils, incrédule.
- Mais de quoi parles-tu ? Je ne connais rien à propos de la mort de Tom en dehors de ce que les médias ont bien voulus raconter. Et ce que tu m’as dit sur le fait que tu étais malheureux dans Tokio Hotel. Et que Tom te protégeais. Les médias s’en foutent de toi, Bill. Tu n’es plus personne. C’est terminé l’époque de la gloire.
Il s’approchait de moi rapidement, et me mit la main sur l’épaule, approchant sa bouche à coté de mon oreille.
- Je ne t’aurais rien dit sur la « mort de Tom » dis-tu ? murmura t’il d’une façon telle que je tremblais.
- Non ! Rien du tout !
- MENTEUSE ! hurla t’il avant de se repousser de moi.
Il prit un couteau et le pointa vers moi.
- Tu sais tout ! Avoue ou sinon je te tranche la gorge !
J’ouvris grand les yeux, réalisant à ce moment que j’étais très proche de la mort.
- Stoppe Bill ! Arrête, tu es fou !
Bill me regarda un long moment. Il semblait complètement détruit.
- S’il te plais, parlons ! Juste un peu, avant que tu ne me tue, suppliais-je, essayant de gagner du temps.
Il de bougea pas, perdu dans ses pensée.
- Tu veux discuter ? marmonna t’il.
Il retrouva sa mobilité. Il prit une chaise et la plaça face à moi.
- Tu veux discuter ? Répéta t’il, discutons !
Il s’assit et me fixa.
- Tout le monde voulait discuter avec moi, avant. De ces fillettes, aux journalistes, aux employés d’hôtels. Tout le monde voulait une partie de Bill Kaulitz. Tout le monde.
On aurait dit que ses yeux étaient rouges, sombres, il n’était plus avec moi.
- Même toi, Sarah, tu aurais bien voulu avoir une partie de moi, admet-le. Des filles comme toi, j’en ai vu des centaines. Toutes subjuguées, amoureuses d’une image fausse, construite de toute pièce.
Il jouait avec son couteau, nerveux.
- Tom, lui, était à l’aise avec tout cela. Il tenait le coup.
Il secouait la tête, des larmes coulaient sur ses joues.
- Mais certaines personnes voulaient une trop grande part de moi. Il y avait un complot Sarah. Ils me voulaient en entier. Il voulait m’entraîner… m’entraîner…
Il chuchotait maintenant, comme si il avait peur.
- Ils voulaient m’entraîner dans un endroit très sombre, très… j’avais peur de cet endroit…
Il frissonna.
- Ils étaient constamment autour de moi. Me murmurant leurs paroles maléfiques. Même pendant les concerts.
Je me souvenais d’avoir entendu parler d’un concert où Bill s’était brusquement arrêté de chanter et était tombé sur le sol, voulant se protéger de quelque chose d’invisible, criant qu’on le laisse en paix. Ça avait fait beaucoup de bruit sur le Forum officiel Canadien français. On disait que c’était simplement dut à l’épuisement, par la faute des incessantes tournées. Bill prit un congé de deux mois.
- Et ils ont réussi à convaincre Georg et Gustav de les aider à m’entraîner avec eux. Ils discutaient constamment dans mon dos pour trouver le moyen de se débarrasser de moi. Ils étaient jaloux.
Il releva brusquement la tête.
- J’ai du faire disparaître ces deux indésirables. Jamais. JAMAIS on me prendra de force !
Mes yeux étaient grands ouverts. Georg ? Gustav ? Les faire disparaître ?
Bill s’était levé et tournait en rond.
- Maintenant, tu en sais une partie. Je ne peux te laisser aller en paix.
Il s’arrêta devant moi.
- C’est dommage pour toi. IL n’aura pas le temps de venir te chercher.

Bill Kaulitz, Voie Georges Pompidou
Port du Louvre, Paris.

Il regarda la carte, anxieux. Il était à la bonne place.
Il tourna, puis se dirigea vers l’entrée du domaine du Louvre, l’entrée de la pyramide. C’était fermé depuis une semaine à cause de travaux, une perte économique pas trop grande pour Paris, vu que ce n’était la saison estivale.
Il s’accrocha aux barreaux, cherchant un moyen d’entrer. Un garde, de l’autre coté, l’observait, soupçonneux. Le jeune androgyne lui fit un sourire auquel il répondit.
- Sir ! Demanda t’il.
Le garde s’approcha.
- Hum… Il y a… endroit ouvert… Pour le Louvre ?
Le garde hocha négativement la tête. Bill réfléchit un moment. Si IL était entré, il le pourrait également. Il fit un signe de la main au gardien et recommença à marcher. Du coté de la rue Rivoli, c’était aussi fermé et bien gardé. Bill ressorti la carte dont le père de Sarah se servait, cherchant, que sais-je ! une entrée secrète, peut-être ?
Mais il n’y avait rien en dehors de gribouillis quelques peu effacés sur les coté. Bill plissa les yeux, cherchant à les déchiffrer. « Cour carrée, passage 3 »
Bill se mit à courir dans la rue pour arriver, coté rue Rivoli, à coté des grande bâtisses qui formaient la cour Carrée. Il chercha autour, mais à aucun endroit il n’était marqué passage 3. Il reposa ses yeux sur la carte de se remit au travail. « 4eme fenêtre en partant de l’Ouest, en bas ».
Bill avait de la difficulté avec le Français. Il jura, se maudissant de ne pas l’avoir appris quand ses conseillers le lui avaient proposé. Il sorti son cellulaire et alla sur le traducteur virtuel et compris. Il alla à l’Ouest et compta les fenêtres. À la 4eme fenêtre, il s’interrompit. Rien d’anormal. Il l’observa un moment. Une barrière lui en coupait l’accès. Il s’appuya dessus, se demandant si Sarah était déjà morte. À cette idée, des sueurs froides lui recouvrèrent le front. Quelque chose attira son attention sur les barreaux. Encore des écritures en Français. De la même écriture que celle qui était sur la carte. Il traduit, ça donnait quelque chose comme ça : Ce que tu cherches est au dessus de toi.
Bill releva la tête. Il vit les branches d’un arbre immense, qui devait être au moins d’un mètre au dessus du Louvre. Il comprit alors où voulait en venir Brahim. Il regarda autour de lui. La rue était déserte à cette heure. Tout le monde travaillait. Il commença à grimper dans l’arbre. Après une dizaine de minutes, il fut sur la grosse branche et se rendit jusqu’à la fenêtre. Fenêtre qui était brisée, justement, elle balançait. Il entra dans le château. Il vit sur le mur qu’il était dans la salle 53, deuxième étage. Il jeta un regard distrait sur les peintures, mais reporta vite son attention sur la carte. Des flèches le guidaient à présent, indiquant même quels chemins prendre et à quelle heure, selon les chemins que prennent les gardes. Bill se questionnait à présent sur les motifs de l’homme de créer un tel plan. Si ça tombait entre des mains mal intentionnées, ça pourrait créer un vol parfait.

- Tu sais, Bill, il y a quelque chose que j’ai toujours voulut te demander. Puis-je le faire avant que tu ne me tues ? Demandais-je d’une voix tremblante.
Bill eut un petit sourire moqueur.
- Essayes toujours.
Je cherchais mes mots, j’avais la tête en compote.
- Tu… Vous… Je… Tu sais, quand vous avez commencé à venir en Amérique… quand vos CD en anglais sont sortis… Je me suis toujours demandé ce que TU en pensais. C’était ton choix l’anglais, la sur commercialisation, et tout…
Bill eut un grand sourire.
- Pauvre petite. L’important, c’était d’avoir le plus d’argent possible. Vous étiez plutôt marrantes à voir, vous les fans, à croire que ce que vous pensiez nous importait. Dans la mesure que vous continuiez à acheter nos CD et à venir à nos shows, ça n’avait pas la moindre importance. Non, pas la moindre. Et pour tout dire, je vous méprisais, toutes autant que vous étiez. À rêver à moi, ou à Tom. Si vous aviez su… Ces filles se mettaient le doigt dans l’œil. Je ne suis pas plus attiré par elles que par un vers de terre.
Il éclata de rire.
Quelque chose se brisa en moi.
- Vas-y, Bill. Tu peux me tuer maintenant. Mais crois bien que je te méprise autant que tu m’as méprisé. Vois ce que tu es devenu. L’ombre de toi même, et encore ! Tom aurait honte de toi.
Bill perdit son sourire.
- Tom a toujours honte de moi, Sarah.
Il se plaça derrière moi et me tira les cheveux pour que ma gorge lui soit totalement offerte. Il la caressa d’un doigt.
- Dommage de gâcher une si belle peau avec le rouge du sang. Dommage…
Il eut un nouveau rire.
Je sentis la lame froide du couteau se poser sur ma peau et je frissonnais.
- Adieu, petite rose…
Soudainement, alors qu’il était à ÇA de me trancher la gorge, quelqu’un déboula les escaliers et arriva dans la pièce. Tout sembla s’interrompre. Je perdais la tête, c’était la seule explication.
- BILL ARRÊTES! Gronda le nouveau venu.
Bill lui fit face et éclata de rire.
- Il est fini le temps où tu pouvais me contrôler, mon frère!
Je les regardais tout les deux, complètement perdue.
Devant moi se déroulait un spectacle troublant.
- MAIS MERDE QUE SE PASSE T’IL ICI! M’écriais-je, des larmes recommençant à couler sur mes joues.
Ils tournèrent la tête vers moi. Leurs visages, leurs cheveux, ils étaient identiques.

PREVIEW:

Il s'approcha de moi, mais je reculais, incapable de me contrôler.
- QUI ES-TU?!
Il baissa les yeux, et regarda ma main, transpercée, qui laissait échapper une quantité incroyable de sang.
- Laisses-moi t'aider. Tu es blessée. Nous parlerons de cela une autre fois, veux-tu?
Les cachots étaient sales, froids, et me donnaient la chaire de poule. J'aurais voulu partir au plus vite, mais il n'était pas question qu'il se défile une fois de plus.
- Tu n'es pas le père de mon enfant, n'est-ce pas? C'est ce monstre qu'il l'est...
Il ne répondit pas, me fixant toujours.
- Dis-moi qui tu es. Je crois que je mérite au moins cela.
Il soupira puis se laissa tomber sur une chaise.
- C'est tellement compliqué, Sarah... Je ne sais plus qui je suis moi-même. Mais laisse-moi tout te raconter depuis le début.


Muhahahah j'aime encore pas ce chapitre, allez savoir pourquoi. Je suis une éternelle insatisfaite =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catherine403
Fidèle


Féminin Nombre de messages : 1300
Age : 26
Localisation : Dans Le Monde Des Blondes Sous Leur Teinture 8D
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Octobre 20th 2008, 10:58 pm

OMG escargot de mon coeur <33 c'est vraiment que trop bonnnn =) je comprends pas comment tu fais pour ne pas aimer ce chapitre =O moi j'adore intensemment ce chapitre <333 j'ai hate au prochain ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagdaLand
The Power Member
The Power Member


Féminin Nombre de messages : 6229
Age : 22
Localisation : Chez moi, je suis un ermite.
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Octobre 21st 2008, 12:02 am

Ohh mon dieu moi je l'aime ce chapitre la!!!
Il était tellemet bon!
C'était super!
J'ai hâte de lire la suite ta comme pas idée comment!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charloune917
Big Fan


Féminin Nombre de messages : 321
Age : 23
Localisation : Saint-Constant
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Octobre 21st 2008, 9:03 pm

Ohhh J'aime trop ce chapitre!! J'ai hate de lire la suite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 1:30 am

Men, je viens de me rendre compte que je viens de battre le record du plus petit nombre de commentaire pour cette fic =O
Trois? XD Je m'en rendais pas compte... Sad
Bah, j'ten train d'écrire le dernier chapitre... Where R-U, my reader, my lover reader? Sad
Vous l'aimez plus ma fic? Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagdaLand
The Power Member
The Power Member


Féminin Nombre de messages : 6229
Age : 22
Localisation : Chez moi, je suis un ermite.
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 1:35 am

Genre tellement pas ont L'ADORE ta fic!!!
Elle est super genre qu'elle me fou un peu la chienne mais j'aime sa!
En fait j'aime tout ce que tu écris tu l'auras peut-être remarquer je sais pas Razz
En tout cas j'ai hâte que tu poste la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 1:40 am

Mag, t'es genre MA groupie à moi XD J'tadore, t'es trop gentille Very Happy
Mais je me demande en fait où sont passé mes autres lecteurs habituels? J'ai pas d'autre noms en tête que Mimi XD Mais je sais que d'habitude, j'en ai une couple qui me commentent Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagdaLand
The Power Member
The Power Member


Féminin Nombre de messages : 6229
Age : 22
Localisation : Chez moi, je suis un ermite.
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 1:52 am

Ouais je suis ta groupie!!
C'est vrai mais elles reviendront j'en suis certaine comment ont pourrait abandonner une si bonne fic ein? Moi je sais pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 1:57 am

Donc breeeeef le dernier chapitre, avec épilogue, posté bientôt Smile Et qui sait, peut-être une suite dans une autre fanfic? J'y réfléchis encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagdaLand
The Power Member
The Power Member


Féminin Nombre de messages : 6229
Age : 22
Localisation : Chez moi, je suis un ermite.
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 2:04 am

Quoi le dernier chapitre!!!!!! =O
Avec épilogue!
Non tu peux pas mettre le dernier chap toute suite!
Non ! Sad
OMG je sens que je ne m'en remetterai pas .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 3:30 am

Chapitre 14: Je suis lui, il est moi (DERNIER CHAPITRE)

C’était l’une des tempêtes la plus violente de l’année. Rarement, en Europe, l’on voyait une telle révolte de mère nature. Les gens restaient enfermés chez eux, de peur de se perdre dans la neige.
La nuit, c’était pire. Il faisait si froid qu’il valait mieux ne pas mettre une petite partie de la peau à l’air libre, dehors. Que faisait alors un homme, enroulé dans un énorme manteau, dans la tempête, à 1 heure du matin?
La neige était si dense qu’on ne voyait qu’à peine une simple ombre. Malgré les intempéries, son pas était vif et rapide.
Il marcha ainsi pendant une quinzaine de minutes avant d’apercevoir une maison, plutôt grande et luxueuse, et éclairée. L’homme s’y dirigea et ne prit pas la peine de cogner, il entra.
- Georg? Gustav?
Il enleva son manteau et l’on put voir son visage. Plutôt bel homme, il n’était pas particulièrement viril pourtant. Il tendit l’oreille, mais personne ne répondit. L’on voyait à son visage qu’il était effrayé.
- Il y a quelqu’un?
Il n’attendit pas et se dirigea dans le salon où un autre homme était assis et écoutait la télé.
- Où sont Georg et Gustav!
Aucune réponse.
- Je te somme de me répondre!
Voyant que ça n’avait aucun effet, le premier homme s’apprêta à aller vers l’autre porte qui menait à la cuisine.
- Si j’étais toi, je n’irais pas là, interrompit le deuxième homme.
Le premier se retourna.
- Qu’as-tu fais! QU’AS-TU FAIS!
Pour la première fois, l’homme assis retourna sa tête. Une grosse tache de sang recouvrait la moitié de son visage, mais l’on voyait du premier coup d’œil qu’il était identique au premier homme.
Ce dernier eut un mouvement de recul et porta sa main à sa bouche, les yeux grands ouverts.
- Non, non, non, non! Murmura-t-il, en reculant.
L’homme assis se leva, et l’on put voir que ses vêtements, autrefois blancs, étaient maintenant rouges. Dans ses mains, un couteau.
- Maintenant, nous ne sommes que nous deux, jubila l’homme au couteau, l’air dément.
- Non! NOOOON! Hurla le premier, paniqué.
Il se mit à courir et entra dans la cuisine. Mais il stoppa net devant le carnage des deux corps. Il eut un haut-le-cœur et vomit.
- Georg et Gustav voulaient nous séparer. Maintenant, personne ne me prendra, personne!

- C’EST QUOI CETTE FOUTUE HISTOIRE TABARNAKE! Hurlais-je, oubliant de parler en anglais.
Les deux sosies, jumeaux, me regardaient, et je ne saurais dire à ce moment, lequel est le bon, lequel est le mauvais. Je pleure en silence et j’attends une réaction de leur part.
- Tu ne la sauveras pas, crache mon assaillant à mon sauveur, tu seras incapable de passer par-dessus moi. Tu n’as jamais pu le faire, BILL!
La mâchoire de l’interpellé se crispa.
- Ne m’appelle pas BILL!
J’ouvris grand les yeux. Je suivais leur conversation tant bien que mal, compte tenu du fait qu’elle se tenait en Allemand.
- Tu es BILL! Bill c’est toi, c’est moi! C’est ce que tu voulais, non?
- NON! JE N’AI JAMAIS VOULU CELA! JE N’AI JAMAIS VOULU…
Un long rire s’échappa de la bouche du premier Bill, le méchant.
- Tu aurais tout fait pour sauver la face de Tokio Hotel, Bill. Même faire croire à la terre entière que Tom était mort du Sida. Quelle stupidité! Nous savons tout deux que c’est faux.
- Tom est mort, je n’ai pas menti! S’exclama le deuxième Bill.
- Il est mort car tu l’as voulu, idiot!
- RAAAAH MAIS FERME LA!
Le deuxième se retourna et frappa le mur. Le premier profita de son moment d’inattention et le frappa d’un coup de couteau, dans le dos.
- NOOOOOOOOOOOOOON! Hurlais-je. NOOOOOOOOOOOOOOOOON!
Il se retourna vers moi, un immense sourire dans le visage.
- Tu ne vois pas, Sarah, comment la fin est proche.
- Tu… tu… tu n’es pas Bill! TU ES UN MONSTRE!
Les yeux de Bill s’agrandirent.
- Mais je SUIS un monstre Sarah. Comme chaque être humain sur cette terre.
- Tu… tu as poignardé ton jumeau dans le dos!
Il y eu un moment de silence, pendant lequel nous nous regardâmes dans les yeux.
- Qu’est-ce qui te fait dire que nous sommes jumeaux, Sarah. Tom est mort il y a 9 ans.
Mes yeux se plissèrent.
- Je comprends un peu l’Allemand.
Bill leva un sourcil.
- Peut-être. Et peut-être n’est-il pas mort du Sida. Mais peu importe. Tom est mort depuis bien longtemps. Il ne reste que Bill. Juste Bill.

Par terre, le deuxième Bill suffoquait. Il n’arrivait pas à émettre le moindre son, encore moins à se lever.
« Non! » pensait-il de toutes ses forces « Non ça ne peut se terminer ainsi! »

- J’aurais dut savoir que les paroles de vos chansons de représentaient rien pour vous, tentais-je, à bout de forces et d’idées.
- Ce n’était que des paroles.
- Je le sais. De simples paroles. Mais elles ont aidé des milliers de jeunes filles à passer au travers de moment très difficiles. Te rends-tu compte de cela?
Bill semblait se douter que j’essayais de gagner du temps, mais il ne semblait pas pressé.
- Je le savais très bien.
- Mais tu t’en foutais, évidemment.
Je jetais un regard au « Bill » couché par terre. Avec surprise, je vis qu’il sortait, tant bien que mal, son cellulaire de sa poche.
- Où veux-tu en venir? Nous parlons pour rien, la fin n’en sera pas différente pour autant.
Je jetais un autre coup d’œil à au Bill « par terre »
Le Bill « debout » remarqua mon regard et se retourna. Il vit le manège de son sosie et donna un coup de pied dans ses mains.
- Il n’est pas question que tu gâches mes plans une fois de plus, Bill.
Je compris alors qu’il n’y avait plus aucun espoir.
- Trop tard, Bill, dis-je.
Il sembla ne pas comprendre.
- Que veux-tu dire?
- Il est trop tard. Il a envoyé un message texte à ma tante qui appellera la police. Elle sera ici d’ici une dizaine de minutes.
Un sourire apparut sur le visage de Bill.
- C’est entièrement suffisant pour te tuer et débarrasser d’ici.
Il mit violemment une main sur ma gorge et serra, approchant le couteau de mon cœur. J’avais le souffle coupé, j’étais incapable de crier, cette fois.
- Adieu, Sarah, grogna Bill, le visage déformé par la haine.
- Biiill… Bill arrêtes.
- Hors de question.
Je vis que le Bill « couché » s’était redressé et qu’il tentait de se lever.
- Bill, je… je… je te hais…
Le Bill au couteau s’interrompit brusquement.
- Quoi?
- Je te hais… Comme je n’ai jamais hais quelqu’un…
Il était maintenant debout.
- Je voudrais que tu meures. Que tu meurs pour toutes les années que j’ai vainement perdues pour toi. Crève!
Les traits du premier Bill n’étaient que douleur psychologique tandis que ceux du deuxième traduisaient une grande douleur physique.
- Tu… tu… n’as pas le droit de dire ça.
Un petit rire s’échappa de la bouche du deuxième Bill.
- Je… Je peux dire ce que je veux… Maman… N’est pas là pour me punir… Mais… Mais… C’est vrai… Tu l’as TUÉE…
- RAAAAAAAAAAAH!!!
Le premier Bill saisit le deuxième à la gorge et le colla brusquement contre le mur.
- Tu... vas me tuer? Suffoqua le deuxième Bill avec un petit sourire moqueur.

Pendant ce temps là, j’observais autour de moi un moyen de me libérer, maintenant que je pouvais regarder autour de moi. Mes jambes étaient également attachées à la chaise, je ne pouvais bouger aucun de mes membres en dehors de mes mains et de ma tête. À coté de moi, une petite table sur laquelle étaient posés des couteaux de toute sorte.
Mes mains pouvaient bouger…
Je tentais subtilement de déplacer ma chaise de sorte que mes mains puissent prendre un couteau. J’espérais de toutes mes forces que les deux Bill ne se rendent pas compte de ce que je faisais. Je tordais mes mains d’une telle façon que j’en avais les larmes aux yeux. Finalement, je pris un couteau et je commençais à essayer de couper les liens qui retenaient ma première main. Je me coupais la peau à plusieurs reprises et j’avais très mal, mais une chose me guidait à présent : L’instinct de survie.
Finalement, ma première main fut libérée. Je pris le couteau et m’attaquais aux autres cordes.

- Je pourrais le faire, murmura Bill à l’oreille celui qu’il collait contre le mur, j’en serais capable.
- Jamais… jamais tu ne le pourras. Tu n’as pas pu il y a trois ans, tu ne pourras pas maintenant.
L’emprise de son sosie était de moins en moins puissante, ce qui lui permettait de mieux s’exprimer.
-Si… si tu arrêtes tout maintenant… je… je ne te livrerai pas à la police, Bill… S’il te plais… arrêtes tout… Nous re… repartirons en Allemagne….
Des larmes se mirent à couler sur les joues du premier Bill (le méchant pour celles qui comprennent pas XD).
- Pour que je sois enfermé de nouveau? Bill, tu ne te rends pas compte à quel point je suis malheureux?
Le deuxième Bill ferma les yeux.
- Et c’est pour… pour cela que tu.. tu tentes d’assassiner la… la femme que j’aime?
- LA FEMME QUE TU AIMES! NE SAIS-TU PAS CE QU’EST L’AMOUR, BILL?
Le deuxième Bill ouvrit grand les yeux. Son assaillant était rouge et il pleurait de toutes ses forces. Finalement, il le lâcha.
- L’AMOUR, C’EST-CE QUE NOUS PARTAGEONS! NON CE QUE TU FAIS AVEC CETTE FILLE!
- Arrête Bill, murmura le deuxième Bill.
- Arrêter quoi! De te dire cette vérité qui te répugne ?
- Arrête de vivre dans des illusions qui te perdront !
Soudainement, le deuxième Bill remarqua le manège auquel se prêtait la captive. Il fit comme si de rien n’était, sachant parfaitement que si le premier Bill surprenait son regard, cette chance s’envolerait en fumée.
Celui-ci était devant lui et le regardait, les yeux sortant de leurs orbites, la respiration saccadée.
- Ce que je ressens, Bill, ce n’est aucunement des illusions. Jamais tu ne trouveras chez quelqu’un d’autre ce que nous partageons. Et cette réalité, tu ne pourras jamais la fuir. Je suis toi, tu est moi.
- Non, Bill. Je ne suis pas toi, même si j’ai voulut l’être.
Soudainement, les yeux du premier Bill s’agrandirent. Sa bouche s’ouvrit et il tomba à genoux.

Je l’avais fait ! Finalement libérée, j’avais serré mon couteau et je m’étais précipitée sur le Bill qui m’avait kidnappée. Et, de toutes mes forces, je lui avait enfoncé la lame entre les omoplathes. Après quelques secondes, il tombait à genoux, face à l’autre Bill, puis s’effondrait par terre. Il n’avait pas eu le temps d’emmettre un seul son qu’il était mort, ce salaud !

Je vis le visage du Bill encore vivant changer d’un coup. Il s’y inscrivit une grande douleur et il se pencha sur son sosie. Je crois qu’il est resté sur lui pendant environ une minute, avant qu’il se relève et me regarde, le visage baigné de larmes.
- Tu es sauvée, m’a t’il dit.
Il s'approcha de moi, mais je reculais, incapable de me contrôler.
- QUI ES-TU?!
Il baissa les yeux, et regarda ma main, transpercée, qui laissait échapper une quantité incroyable de sang.
- Laisses-moi t'aider. Tu es blessée. Nous parlerons de cela une autre fois, veux-tu?
Les cachots étaient sales, froids, et me donnaient la chaire de poule. J'aurais voulu partir au plus vite, mais il n'était pas question qu'il se défile une fois de plus.
- Tu n'es pas le père de mon enfant, n'est-ce pas? C'est ce monstre qu'il l'est...
Il ne répondit pas, me fixant toujours.
- Dis-moi qui tu es. Je crois que je mérite au moins cela.
Il soupira puis se laissa tomber sur une chaise.
- C'est tellement compliqué, Sarah... Je ne sais plus qui je suis moi-même. Mais… je… je pourrais essayer…
Il posa sur moi ses yeux teints par un chagrin dépassant tout ce que j’aurais pu imaginer.
« Bill » me pointa l’autre Bill, mort.
- Lui, c’est Bill. Le vrai. Bill Kaulitz.
Je fouillais son visage de mes yeux, et je voyais qu’il ne me mentait pas.
- Et toi ?
Il baissa la tête.
- Je… Attends, je vais commencer du début.



Suite dans un autre poste, trop long Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebenforever
Tokio Schrei


Féminin Nombre de messages : 1532
Age : 23
Localisation : Dans la chambre de Tom, en train de le battre avec une pelle rouillée
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 3:30 am

Tokio Hotel. 10 ans plus tôt.

- MAIS MERDE BILL QUE SE PASSE T’IL ?
Assis sur une chaise, l’androgyne semblait bien piteux. De la sueur reluisait sur son front, il était encore en tenue de scène. Autour de lui, Georg, Tom et Gustav.
- Je… Je ne sais pas David… J’ai… j’ai encore entendu ces voix… Elles… elles disaient qu’elles étaient en route, que je partirais avec elles.
David lâcha un juron et se mit à faire les cent pas.
- Je n’ose même pas imaginer les titres dans les magazines, dans les journeaux demain. « La grand star du groupe rock-Allemand, Bill Kaulitz, interrompt un spectacle. » Sous-titre : Perd t’il la boule ?
Tom épongea le front de son frère et lança un regard meurtrier à leur manager.
- Arrête David. Bill traverse une mauvaise passe. Laisse le un peu tranquille.
Gustav et Georg échangeaient des regards, et la tension devenait palpable dans les « backstages ». Les cris des fans leur parvenaient en coulisse et c’était insupportable.
- Mais qu’elles se la ferme, bon dieu ! Nous sommes des objets ou quoi ? S’énerva Tom.
- Que crois-tu, répliqua Gustav, NOUS SOMMES des objets pour elles !
Georg fronça les sourcils.
- Vous exagérez. Elles sont déçue de ne pas avoir leur show, c’est tout.
David stoppa.
- Universal ne seront pas contents.
Gustav posa une main sur le bras de David.
- On s’en fou d’Universal David.
Tom éclata de rire.
- Universal se foutent de nous, tu veux dire. MERDE ! Trois tournées en 4 mois, plus la sortie d’un nouvel album, les photoshoots, les interviews, les rencontres de fans… Nous sommes des machines à argent, mais là c’est normal que nous pétions les plombs !
- MAIS FERMEZ LA ! S’écria brusquement Bill, la tête dans les mains.
Un long silence s’en suivit.
- Je ne veux plus monter sur scène, David, tu entends ? Annules les concerts, je mets fin à cette tournée ! JE N’EN PEUX PLUS !
Il se leva, et sortit de la pièce. Les quatre autres restèrent là, stupéfaits. Bill était un bourreau du travail. Jamais, en temps normal, il n’aurait fait cela.

Ellipse, 5 semaines.

- Bill ? Bill t’es là ?
Tom entra en trombes dans la chambre de Bill, qui était couché sur son lit, habillé, coiffé et maquillé.
- Que fais-tu ? On t’attendait aux studios !
Bill haussa un sourcil.
- Je n’avais pas envie de venir.
Tom soupira et passa une de ses mains sur son visage.
- Tu dois arrêter ces enfantillages maintenant ! Je sais que tu es tanné de cette vie. Mais si tu veux arrêter définitivement, dis-le ! Je commencerai à prendre des cours de chant !
Bill se redressa.
- C’est ce que tout le monde veut, n’est-ce pas ? C’est ce qu’ils murmurent dans mon dos ? Ils veulent me remplacer, par toi, dans le groupe ?
Tom leva les yeux au ciel.
- Arrête cela. C’est absurde.
- Pas du tout ! ILS vous ont finalement convaincu !
Tom fronça les sourcils et s’assit sur le lit, à coté de son jumeau.
- Bill, je croyais que nous avions convenu que ces « voix » étaient un fruit de ton imagination, suite à une grande fatigue.
Bill jeta un regard par la fenêtre.
- Elles sont toujours là. Toujours.
Tom laissa son regard se perdre également.
- Je ressens une partie de ta détresse Bill. Mais ce que tu dois savoir, c’est que je serai toujours là pour toi. Peu importe ce qui arrivera.
Bill reporta son regard sur son frère et eut un faible sourire.
- Il faut que tu me convaincs. Parce que en ce moment, je n’arrive pas à avoir confiance en personne.
Tom planta ses yeux dans ceux de Bill.
- Quoi qui arrivera, sache que je serai avec toi. Si il le faut, je sacrifierai ma vie pour toi.

Ellipse, 4 semaines.

« Tom, sidéen ?
Depuis quelques temps, une rumeur circule sur internet. Tom serait atteint du sida. Et il ne lui resterait pas beaucoup de temps à vivre. Cela expliquerait l’absence prolongée des TH sur la scène internationale. Les fans, dévastés, ont déjà commencé à créer des campagnes d’encouragement pour Tom ».
- Mais c’est quoi cette merde ? s’exclama une voix.
Georg échangea un regard amusé avec Gustav. Les pas de Tom se rapprochèrent. Puis finalement, il entra dans la pièce, l’air incrédule.
- Les mecs, je vais mourir ! s’exclama t’il.
Georg et Gustav éclatèrent de rire.
- J’ai lus ça ce matin, Tom. Toutes mes condoléances, se moqua Georg.
- Condoléances pour vous, tu veux dire, ria Tom, que feriez vous sans moi !
Ils éclatèrent de rire.
Mais ils se turent brusquement quand Bill entra dans la pièce. Il semblait plus misérable que jamais. De grands cernes déformaient son visage et ses cheveux, coupés étrangements, pendaient devant son visage.
- Bill… Qu… balbutia Tom, voyant le désastre.
Bill jeta un regard meurtrier à Tom et personne n’osa dire quoique ce soit.

Ellipse, 3 semaines.
- David, je… je…
Tom semblait totalement paniqué. Il tremblait de tous ses membres et des larmes coulaient en grandes quantitées sur ses joues. David le saisit par les épaules.
- Tom, calme toi. Que se passe t’il ?
Mais le jeune dreadé semblait incapable de parler. David l’entraîna dans un salon de la maison de disque et le fit s’asseoir dans un fauteuil. Il lui servit un café et s’assit à coté de lui.
- Tom, dis-moi ce qu’il se passe.
Tom prit une grande inspiration.
- David, nous sommes dans la merde.
David fronça les sourcils.
- Plus qu’avant ?
Tom tremblait toujours. De nouveaux sanglots vint briser sa voix. David n’avait jamais vu Tom pleurer et ça le perturbait beaucoup.
- Je… Je… B-b-b-b-ill.. .Je…
Tom rammena ses genoux vers lui et se plaça en petite boule dans le fauteuil. L’on pouvait entendre ses sanglots, puissants, glacés.
Au bout d’un moment, il arrêta de bouger et d’émettre des sons. David, inquiet, l’observait, sans savoir que faire. Tom leva la tête brusquement. Il fixait le vide.
- Georg… Gustav… mort…


Ellipse, deux semaines.

« Cher Tom.

Cela est très difficile pour moi de t’écrire cette lettre. Très difficile de dire des choses qui ne viennent pas de moi.
Tout est arrivé si vite. Tout est parti si vite. Si tu savais ce que vous représentiez pour moi, toi, Bill, Georg et Gustav.
[…]
Malheureusement, suite aux récents événements, Universal refuse de poursuivre avec toi. Et je ne peux continuer à avoir des contacts avec vous.
Heureusement, j’ai bien fait mon travail. Ton compte de banque est assez garnis pour que vous viviez dans le luxe jusqu’à la fin de vos jours.
[…]
Je vous souhaite de vous en sortir.

Amicalement,
David. »


Maintenant.
- Alors ce fut la fin de Tokio Hotel.
Je regardais Bill. Et j’étais totalement stupéfaite. Soufflée.
- Alors tu… Tu… qui es-tu ?
Bill leva un sourcil.
- Je ne comprends pas que tu n’aies pas déjà deviné. Je ne suis pas Bill. Je suis Tom.
Je le savais. Depuis la moitié de son récit, j’avais deviné. Mais je n’arrivais pas à assimiler l’information. Pendant trop longtemps il avait été Bill. Pendant tout ce temps j’ai cru que Tom était mort.
- Mais ! Mais Tom est sensé être décédé ! Décédé du Sida ! Tu m’as raconté un bon nombre de choses il y a trois ans, sur la mort de Tom ! Ce n’était qu’un tissu de mensonges ?
« Bill-Tom » baissa les yeux.
- Tout cela n’était pas mon intention. J’ai voulu protéger mon frère, je ne voulais pas qu’il aille en prison. Avec David, nous avons tenté de limiter les dégât.
Je l’écoutais, captivée.
- Nous avons dit à Universal que Tom était coupable des meurtres de Gustav et Georg. Et qu’il avait disparu dans la nature. Nous avons choisi Tom, car Bill avait plus d’impact sur les fans que moi. Alors si la nouvelle sortait, l’empleur de la nouvelle serait moins importante. Mais Universal voyait les choses autrement. Il a raconté à la presse que Tom était mort du sida. Et ils ont passé un accord avec la police pour que la « vraie » raison de la disparition de Tom n’apparaisse pas dans les journeaux. Puis, moi et Bill, nous avons disparut de la surface de la terre. J’ai coupé mes cheveux, je les ait teindut en noir.
Il s’interrompit et me jeta un regard. Mais je l’encourageais à continuer.
- Bill était malade. Mentalement je veux dire. Il était… dangereux ! Je m’occupais donc de lui, en Allemagne, à la campagne. Pendant six ans, nous fûmes tranquilles. Jusqu’à ce que je décide d’aller régler certaines affaires en Amérique, par apport à nos droits d’auteurs, et que je tombe sur toi, dans un certain port, à Montréal.
Les larmes me montèrent aux yeux.
- Alors que je m’attachais à toi, Bill redevenait agressif. Les lettres de menaces venaient de lui. Il… s’est fait passé pour moi un soir, également.
Avec horreur, je me rendis compte que c’était très certainement le soir de la conception de Tom Jr.
- Pour ta sécurité, sachant de quoi Tom était capable, nous sommes revenus en Europe. Et… en France nous sommes tombés sur ton père, Sarah.
J’écarquillais les yeux.
- Quoi ?
- Oui, c’était un pur hasard. Mais il a tenté d’aider Bill. Malheureusement, par la suite il l’a harcelé à propos d’un certain Thomas qui serait son fils… et le tiens.
Je baissais les yeux.
- Bill… heu, je veux dire Tom… Tu as un neveu, il s’appelle Tom, il a deux ans et demi.
Tom eut un faible sourire.
- Je sais. Donc, Bill devait penser que ce n’était qu’un moyen de ton père pour lui soutirer de l’argent, par la faute de ses médicamments, il n’avait aucun souvenir de toi. Mais, quand tu es revenue en France et que tu lui as appris l’existance de son fils… il a tout de suite pensé que cela nous positionnait dans une situation désagréable. De plus, il était au courant pour l’attachement que je te portais. C’est la raison qui l’a poussé à te kiddnapper.
Je crois que c’était trop d’un coup. Ma main me faisait terriblement souffrir et j’avais la tête qui tournait. Tom s’en rendit compte, parce qu’il se leva et tenta de me prendre dans ces bras.
- Je t’emmene à l’hôpital. Inutile que nous restions ici, à présent.
Il jeta un dernier regard à son frère, le visage crispé, puis nous quittâmes le cachot.


PREVIEW : Il n’y en a pas. Car la prochaine fois que je posterai, ce sera l’épilogue. Fin de la fic Smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagdaLand
The Power Member
The Power Member


Féminin Nombre de messages : 6229
Age : 22
Localisation : Chez moi, je suis un ermite.
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 4:30 am

OMG!!!!!!!
C'est genre ouff!
J'ai tellement de chose à dire que je sais pas par ou débuté.
Hum ta fic merveilleuse tu m'as fais vivre tout plein d'émotions tout au long de l'histoire c'était hyper captivant.
Vraiment j'aime trop ce que tu écris!
La fin est tout à fait extra et on comprend mieux,sa ma énormément surpris et pas tant que sa en même temps Razz
Enfin breff j'ai hâte de voir l'épilogue pour finir sa en beauté!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
All.He.Sun
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 8534
Age : 23
Localisation : Québec.
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 9:42 pm

SARAH JE T'HAIS.
ARRÊTE DE DIRE QUE C'EST POCHE PARCE QUE MA TE PETER UNE DIEU DE COCHE.
C'est tellement bon, woah , woah, woah
SUITE

_________________
Aly*
......................................
Liberté.
Car la vie nous amène à changer,
mais elle nous rappelle toujours de ne pas oublier nos origines.

......................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MimiKaulitz
Dieu/Déesse TH
Dieu/Déesse TH


Féminin Nombre de messages : 8669
Age : 21
Localisation : Là où l'impossible ne l'est pas
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Novembre 7th 2008, 9:49 pm

Omg 0o

J'étais mélangée depuis l'avant dernier chapitre jusqu'au milieu du dernier chapitre mais dès que Tom à dit que c'était lui, j'ai enfin compris x]

Même si j'avais quelques doutes que ça soit réellement Tom au début x]


Aller poste nous l'épilogue skittle <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.miimikaulitz.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fanfiction]Je suis lui, il est moi   Aujourd'hui à 5:56 am

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fanfiction]Je suis lui, il est moi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Fanfiction] Et si on partait en Tourbus ?
» [fanfiction] L'amour sur msn
» [Fanfic en cours] Nach Berlin
» [Fanfiction] H e i l i g [Terminée]
» Super Weiss !! je suis amoureux PHOTOS IN !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Officiel Canadien Français de Tokio Hotel. ::  :: Fans fictions :: + Fanfictions terminées-
Sauter vers: